1959

1959

dimanche 3 juillet 2011

Soixante-seizième sortie 2011

100 Km 05H35'00'' 17.91 km/h
  
Heure de départ : 11:45:00
Itinéraire : LFG - St Martin des Champs - Coupigny - Bois St Père - Les Bordes - Thiercelieux - Montolivet - Montdauphin - Coucermont - La Celle - Marchais en Brie (Pique-nique) - Artonges - Pargny la Dhuys - Condé en Brie - La Celle lès Condé - Monthurel - Conigis - St Eugène - Courboin - Viffort - Essises - Chézy/M. - Viels Maisons - Verdelot - Bellot - LFG 
La sortie du dimanche avec Lolo : Le temps était magnifique, alors il fallait en profiter. 
Bonne nouvelle, à priori, but wait and see...
Et dans l'Aisne (cette photo, c'est encore le 77) aussi, le Conseil général a bien travaillé : la route la plus pourrie que je connaissais, entre Marchais et Condé en Brie, vient d'être revêtue d'un bitume... acceptable, mais pas jusqu'à Condé, il en manque 4 km, encore un effort Monsieur DDE !
C'est près du lavoir de Marchais justement que nous nous arrêtons pour le pique-nique.
Il s'agit d'un de ces lavoirs du sud de l'Aisne qui fut décoré, voici 15 ou 20 ans (?), au motif d'une fable de La Fontaine, natif de Château Thierry.

Celui de Marchais en Brie rend hommage à la fable "Le lion, le loup et le renard".




Fable qui dont le premier ver est : 
"Un lion décrépit, goutteux, n'en pouvant plus..."
Ce premier ver pourrait s'appliquer, hélas, à ce lavoir dont, s'il est bien entretenu dans l'ensemble, la fresque et l'éclairage sont en bien mauvais état. C'est dommage car l'idée était excellente... 
Et si certaines oeuvres sont en parfait état dans bien des lavoirs, d'autres mériteraient un petit rafraîchissement.
Je vais me renseigner pour visiter durant l'été toutes ces fables : mon cahier de vacances en somme...
Ce pourrait être le thème d'une fable aussi...
Moi qui chasse souvent la canette dans les cimetières, je dois rendre hommage à ce village de Celle lès Condé...
...où coule une fontaine où l'eau est fraîche et n'est pas déclarée "NON POTABLE" (Il y en a une autre à Essises, les deux seules de la région à ma connaissance !).
La Celle donc que j'appellerai à l'avenir la Selle pour les bienfaits que ce village peut apporter au cycliste assoiffé. 
Bien sûr, ce serait encore mieux si de la fontaine, miraculeuse pour le coup, coulait le nectar produit par les vignes alentour !
Après les nourritures terrestres, j'évoquerai les nourritures de l'esprit à propos du tympan de la jolie petite église de Saint Eugène où nous faisons une petite pause.
Ce tympan date du XIIIème siècle : Comment vivaient les habitants de Saint Eugène à cette époque ? Qui a eu l'idée de faire ces sculptures dans ce petit village ?
Dans la partie supérieure, on reconnaît les quatre symboles évangéliques : à la droite du Christ, l'ange et le lion ; à sa gauche, l'aigle et le boeuf. A la droite de Jésus Christ, on reconnaît également la Vierge dont la tête est recouverte d'un voile. A sa gauche, l'on peut voir Saint Jean, l'évangéliste de l'Apocalypse.
Dans la partie inférieure, est représenté le Jugement dernier. A droite (ci-dessus), l'Archange Saint Michel procède à la pesée des âmes. Sur le plateau de la balance (L'autre plateau est cassé hélas.), on voit une tête aux longs cheveux. Les élus gagnent le Paradis derrière l'Archange. Sont figurés dans l'ordre, un évêque, un séraphin, les ailes déployées, une femme à la tête voilée, un autre séraphin à la tête coupée (l'outrage du temps...) et quatre personnages qui cueillent des fruits à l'arbre de l'apocalypse, symbole de vie.
Dans la partie inférieure gauche, c'est évidemment l'enfer qui est représenté. En premier vient Satan lui-même, la queue velue et les ailes aux pieds. Il est accompagné de deux démons aux grandes oreilles qui portent chacun un damné, chose rare dans les représentations de l'Enfer. Entre les deux, une petite figurine représente sans doute un autre damné errant.
Enfin à droite, dans la gueule de Léviathan, monstre de la Bible, on voit des têtes de réprouvés que deux diables, dont l'un muni d'un bâton, empêchent de sortir de la gueule du monstre.
Autour de ce tympan, une multitude de sculptures, en plus ou moins bon état, décore le portail de cette jolie petite église. Des hirondelles ont fait leur nid près de la tête de ces saintes figures.
Après notre pause culturelle à Saint Eugène, il nous faut quitter la vallée du Surmelin pour gagner Courboin par une des plus chouettes bosses de la région (Avis personnel !). 
C'est ici que voici 3 ou 4 ans, nous avions "explosé" la roue-libre de notre tandem ! Nous obligeant à aller quémander l'aide de gens du village pour nous rapatrier à La Ferté Gaucher, distante d'une trentaine de kilomètres... Après plusieurs essais infructueux, un couple accepta de nous aider : qu'ils en soient encore une fois remerciés et qu'ils aillent rejoindre le Paradis de Saint Eugène, le plus tard possible... quant aux autres, l'Archange Saint Michel décidera (Hé ! Hé ! Hé !...).
Cette longue côte pourrait nous faire croire que nous sommes dans le Massif central...
Pourtant, nous avons fait du vélo dans la Brie aujourd'hui !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire