1959

1959

mardi 26 juillet 2011

Retour à mon Tour de France 1959 (22)...

Dimanche 26 juillet 2009



Vingtième étape (1ère partie), Puy de Dôme, 23 km

Comme en 1959, il me fallait gravir le Puy de Dôme.Oui, monter tout là-haut. L'ascension en elle-même fait 4807 mètres (Tiens, c'est l'altitude du Mont Blanc, non?) par une belle route sans voiture puisque seuls les cyclistes peuvent l'utiliser le dimanche matin de 7H à 9h. Alors, je suis parti tôt de mon hôtel et après 6 km d'échauffement, une jolie côte quand même, j'ai commencé l'ascension du Puy à proprement parler.
La pente est régulière: 12% et l'on monte lentement, sans prendre de photos... ce sera pour la descente !
Il y a toujours un compère cycliste pour prendre la photo: merci
Mais il n'y avait pas de spectateurs aujourd'hui...




Revenu à mon hôtel avant 9H, je prends le temps d'écrire ce message après m'être douché et pris un bon Petit déj'. Je vais pouvoir prendre la route vers Saint Etienne mais je m'arrêterai à Ambert ce soir.
Petite précision, c'est Federico Bahamontes qui gagna le contre la montre du Puy de Dôme en 1959 mais il ne prenait pas encore le maillot jaune, patience...

Vingtième étape (2ème partie) Clermont-Ferrand Chadernolles, 92km: En route vers les Alpes !

J'ai donc quitté Clermont Ferrand et le Puy de Dôme en fin de matinée, toujours aussi difficile de sortir d'une grande ville: j'ai encore emprunté une route à 4 voies, mais j'ai réussi à éviter l'autoroute !Et j'ai roulé sur la plaine un peu triste et monotone qui entoure Michelin City pendant une trentaine de kilomètres.J'ai franchi l'Allier...
J'ai admiré, encore, de belles ruines...
Et j'ai recommencé à grimper, sur de belles routes... pour les voitures, mais qui sont un peu pénibles pour le pauvre cyclotouriste qui transporte quelques kilos de bagages... Vive les petites routes ombragées et sinueuses. J'en ai déjà trouvées pour rallier Saint Etienne demain matin ! Après, je verrai...
Le col de Toutée, pas plus que celui des Fourches, n'étaient au programme du Tour 1959, mais ce sont deux cols que j'avais franchis lors de ma première participation à l'Etape du Tour en 1996 (Je les avais montés par l'autre versant.) et lors de la préparation de mon périple, j'avais eu envie de les revoir, ce fut une erreur !
Cela m'a quand même permis de faire d'étonnantes rencontres...
Et d'arriver à Ambert par une splendide descente avant de gagner par une route plate comme ma main le gîte du moulin de Pacros à Chadernolles où je dors ce soir. Première chambre d'hôtes de ce voyage...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire