1959

1959

lundi 18 juillet 2011

Retour à mon Tour de France 1959 (14)...


Samedi 18 juillet 2009

Les Pyrénées: Enfin ?

Maison Basque

Je dors à Lourdes ce soir après une treizième étape qui m'inquiétait un peu car je quittais le plat pays... mais la première partie de l'étape Bayonne Bagnères de Bigorre que j'ai empruntée aujourd'hui suivait les vallées du gave d'Oloron puis du gave de Pau, seules quelques petites belles côtes m'ont permis de m'échauffer pour demain. 

Treizième étape, Cambo Lourdes, 160 km: LE PELERIN DU TOUR DE FRANCEBen ouais, je suis à Lourdes, j'ai suivi le chemin de St Jacques, alors... Eddy Merckx est mon dieu et Bahamontès est son prophète...

Avant de quitter Cambo, tôt ce matin je suis passé par la ville où j'ai pu revoir la Boutique d'Arnaud, elle donnerait presque envie d'arrêter le vélo et de se mettre au vin. Une véritable bonne adresse en tout cas ! Il y a aussi dans les parages la boutique d'un vélociste qui est un véritable musée (malheureusement, mes photos sont ratées). Y revenir...
Et j'ai quitté le Pays Basque, à travers des paysages verdoyants,
... des villages typiques,

... des frontons d auxédiés jeux basques, mais Athur et son papa expliqueraient cela bien mieux que moi.
... des bastides et je suis entré au Béarn.
Où j'ai pu voir le mémorial, encore un, en souvenir du camp de Gurs, qui servit à "accueillir" le Républicains espagnols vaincus par Franco, en 1939, sous la 3ème république, avant de servir de camp d'internement puis de déportation pour les "indésirables" et les Juifs pourchassés par le régime de Pétain. Quelques années après la Libération, ce camp fut démantelé, les baraquements furent vendus ou brûlés, le terrain fut transformé en forêt. Du camp, il ne resta rien, jusqu'à la construction de ce mémorial... indispensable...
Mais les Pyrénées se dessinent au loin (non, je ne dirai pas majestueuses... on n'est pas à la télé...)

Et, à Oloron Sainte Marie, les averses de crachin cessent, le soleil apparaît...
... et je peux manger du chocolat !
Que j'achète à l'épicerie Duclos: je n'ai pas résisté ! Quand j'étais petit, un épicier ambulant passait avec sa camionnette chaque vendredi à Saint Cado, il s'appelait Mathurin Duclos, mais on disait Minmin, il fabriquait un délicieux pâté de campagne dont le souvenir me fait encore saliver... mais aujourd'hui, il n'y avait pas Minmin dans l'épicerie près de Lourdes mais une gentille dame qui voyant mon maillot "Audax Club Parisien" me demanda où se trouvait Audax.
Et je suis arrivé à Lourdes... Si, si, c'est Lourdes;
même si l'on est plus habitué à ces images...
(Il y a même des bidons de 5 litres, pour les gourmands...)

Cela fait drôle d'entendre la sono cracher des cantiques, l'ambiance n'est pas très rockn'roll... Quoique ? J'ai repéré un hôtel Madonna... et le cerbère qui essaya de sortir mon vélo du sanctuaire, portait un tee-shirt ACDC, alors ?
Alors je me suis rendu à l'hôtel Luxembourg où le patron m'a présenté à un Colombien qui a passé la semaine à escalader tous les grands cols pyrénéens, il s'en va demain dans les Alpes pour y faire la même chose. Ce monsieur a 60 ans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire