1959

1959

vendredi 5 août 2011

Retour à mon Tour de France 1959 (32)...

Dimanche 9 août 2009

Trentième étape, La Ferté Gaucher Paris (et retour!), 220 km: Revoir Paris... à vélo.

Ma grande Boucle est bouclée !
Après quelques jours de repos, j'ai choisi ce dimanche pour clore ce long périple commencé voici 5 semaines à Mulhouse. J'avais pensé faire cette étape le jour de mon anniversaire, mais c'est un mardi,le 22 septembre, cette année comme en 1959 d'ailleurs. Et je me voyais mal demander une journée de congé supplémentaire pour aller faire du vélo...Alors j'ai décidé d'y aller aujourd'hui. Battre le fer tant qu'il est chaud ... et puis un dimanche, la circulation devrait être plus tranquille.
(Excusez-moi, je n'ai pas trouvé de panneau d'entrée de Paris d'époque, une faute de goût, je sais, je sais...)J'ai donc quitté La Ferté un peu après 7h30, pour rejoindre la Marne à Noisiel où j'ai pu emprunter une voie verte qui longe cette rivière jusqu'à Paris: rien à voir avec l'itinéraire de 1959 encore une fois... mais ce qui compte le plus dans cette aventure, c'est l'esprit, pas la lettre. Et de toute façon, c'est moi qui décide et même que j'ai fait plus de kilomètres que mes "collègues" de 1959, alors...J'ai donc suivi la Marne depuis la chocolaterie Menier......passant devant les célèbres guinguettes: "Ah, le petit vin blanc..."
...à Joinville le Pont (le premier qui dit "PON PON"...)
...admirant les belles villas du bord de l'eau... et me perdant un peu du côté de Joinville le ... justement , Saint Maur des Fossés et Champigny, bref, là où il y a une belle boucle de la Marne sur la carte et où la signalisation laisse un peu à désirer...
Mais je me suis retrouvé heureusement à Saint Maurice, sur une petite voie cyclable et sous les ponts des autoroutes juste à côté de l'A4...
J'ai vu la Marne se jeter dans la Seine qui arrive à gauche, derrière la pagode.
Et j'ai roulé ainsi, peinard, à l'abri des voitures jusqu'à la Bibliothèque nationale.
J'ai continué à suivre la Seine, mais sur la rive Gauche...

...jusqu'à la place de la Concorde...
...où j'ai décidé de remonter les Champs ZELYSEES, oui madame !

Jusqu'à la place de l'Etoile, mais à cette Etoile là, point de buffet, point de banderoles, point de bouquet et point d'amis chaleureux...
... alors j'ai redescendu les Champs à toute berzingue, comme les vrais coureurs, mais pas comme en 1959, non, car en 1959, l'arrivée se déroulait... non, pas sous la Tour Eiffel...
Mais sur la piste du Parc des Princes, que l'on pouvait donc appeler à l'époque Stade vélodrome, alors qu'aujourd'hui, c'est le nom du stade de Marseille où il n'y en n'a plus non plus, de vélodrome... allez comprendre...
Mais en 1959, c'est le Français Joseph Groussard qui remportait le sprint sur la piste parisienne après la longue étape Dijon Paris (plus de 300 km !).
Aujourd'hui, ce n'était pas la foule au Parc des Princes, moins de monde qu'à l'Etoile mardi pour m'accueillir.
Mais pour que cette étape soit aussi ma plus longue étape (plus de 30 km dans Paris intra-muros, y'avait longtemps, et je crois que je ne recommencerai pas...), je suis rentré à LFG à vélo en empruntant le même chemin qu'à l'aller (étape compte double !). Hélas sur la belle voie cyclable le long de la Marne, vers Joinville le Pont, non, pas PON PON ! près de la guinguette "Chez Gégène", j'ai chuté, à cause de deux sales gosses comme je les aime... Pourtant, c'était marqué "Piétons, cyclistes, partageons l'espace" mais pour partager, il faut être plusieurs et là, j'étais le seul à vouloir partager... alors je suis tombé... après l'arrivée de mon Tour et sans gravité heureusement (un genou écorché) mais depuis le temps que je me méfiais des "pistes cyclables", des "espaces aménagés", des "voies de circulation douce" (si, si, ça existe)...
Allez, fini de râler... je vais me coucher et demain, je fais un petit bilan chiffré de ce Tour de France, j'aime bien les chiffres, les nombres et les statistiques...
Combien de départements traversés ? de régions ? de villes de plus de 100 000 habitants ? de villages commençant par Saint ?
Combien de crevaisons ? de chutes ? d'incidents mécaniques ?
Combien de km parcourus ? de cols escaladés ?
Combien d'hôtels fréquentés ? Lesquels peuvent être recommandés ? déconseillés ?
Combien de kilos perdus ? Combien pesait mon vélo ???
A demain...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire