1959

1959

mardi 26 avril 2011

En route pour la Flèche : "Sur les traces du Petit Caporal et de Mongénéral".

Le mercredi 20 avril, je suis donc parti pour Vesoul où deux jours plus tard, je prenais le départ de ma première Flèche Vélocio.
Deux étapes pour faire plus de 300 kilomètres, ce n'est pas la mer à boire...
La première de ces étapes, d'environ 200 km, devait me conduire à Chaumont où j'avais réservé une nuit d'hôtel. En passant par Brienne le Château et Colombey les Deux Eglises, cette randonnée pourrait s'intituler "Sur les traces du Petit Caporal et de Mongénéral" !
La deuxième, de Chaumont à Vesoul était bien plus courte : 120km, et je pourrais la nommer "T'as voulu voir Vesoul..."
Me voici donc "Sur les traces du Petit Caporal et de Mongénéral".
Départ à 8h15 par la coulée verte de la Ferté Gaucher pour prendre à rebours l'avant-dernière étape de Mon Tour de France 1959 jusqu'à Bar sur Aube, donc.
Je roule bien durant toute la matinée : le vent est certes défavorable mais faible et le relief est plat et fort monotone (en particulier dans la vallée de l'Aube) : Alors, roule, ma poule !
Je déniche pourtant un petit endroit charmant pour le pique-nique. Je n'ose même pas dire de quoi est fait mon repas : les experts en repas diététiques pour sportifs auraient là un exemple de ce qu'il ne faut pas faire...


Mais pour le moment, tout va bien...
malgré les camions qui me frôlent sur la route avant d'arriver à Brienne le Château.

Où, enfin, pour mon troisième ou quatrième passage, je peux  photographier le fameux château et...
... la statue du futur empereur qui suivit dans cette petite cité auboise une partie de ses études.
Et c'est par la route qui passe par Dienville et Dolancourt et...
...que j'ai empruntée en sens inverse lors du Brevet Audax de 400 km de la semaine précédente...
... que j'arrive à Bar sur Aube.
A partir de cette ville, j'entre en terre inconnue : Tin...Tin...Tin... L'aventure commence vraiment......


Et je retrouve les paysages familiers de la Champagne !






J'ai presqu'envie de chanter : "Ma Fran-an-ce..."
Et pour rompre avec la monotonie de la première partie de cette étape, la pente se fait raide !

Mais je prends le temps de m'arrêter pour fixer sur la pellicule (c'est une image car il n'y a plus de pellicule dans les appareils photos...) les décors mis en scène dans ces villages champenois.
Et au détour d'un virage, elle apparaît !
Et oui, c'est bien elle : la croix de Lorraine... 
Dessin paru dans le Canard enchaîné en août 1959
Je suis au pays de Mongénéral et de Tante Yvonne, ainsi que les nommait affectueusement le Canard Enchaîné.
Et je fais une première halte au Mémorial,

grand bâtiment à l'architecture assez médiocre (c'est mon avis...), et, promis-juré, que je visiterai  lors d'un prochain passage.






Puis, je monte vers la fameuse Croix...
... avant de descendre vers le village de Colombey.
Enfin, pour rejoindre Chaumont par une jolie petite route, je passe devant la Boisserie, la demeure du Grand Homme, non sans avoir remarqué en face le poste de gendarmerie où une ou deux générations de gendarmes ont dû mourir d'ennui (comme à Chamalières, à Latché, à Bity et à Neuilly, demain ?)






La Haute-Marne est décidément un département magnifique, il faudra y revenir.
Je termine cette première partie de mon périple avec deux cyclos sympas qui m'expliquent comment quitter Chaumont tranquillement le lendemain matin.
Chaumont où j'arrive en fin d'après-midi, après une belle journée de vélo, pour gagner, comme au bon temps de mon Tour de France...
...l'hôtel du Grand Val (une bonne adresse) où je vais passer une bonne nuit...

 ...après un repas copieux s'il n'est pas ... diététique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire