1959

1959

vendredi 23 mai 2014

Fausto Coppi : le Sonorama

Je viens de faire l'acquisition d'un objet étonnant.
C'est un journal sonore, un journal disque même... puisque qu'on peut le mettre tel quel sur son tourne-disque ! Je n'avais pas tout de suite repéré le trou au milieu de la page.



Et voilà le disque (souple) à la page 7 du journal.

Sonorama est donc un magazine sonore créée en 1958  et qui disparut en 1962 après une quarantaine de numéros parus.
Dont ce numéro spécial (Supplément au N° 15 de Sonorama) consacré à la disparition du grand Fausto Coppi au début de l'année 1960.
Et voilà ce que cela donne...



Le texte est donc dit par Louison Bobet.



La photo a sans doute prise lors des obsèques du Campionissimo.


D'autres photos illustrent la vie de Coppi, mort au retour d'un voyage en Afrique où il était parti courir quelques critériums et chasser le buffle en compagnie de coureurs tels que Géminiani, Anquetil ou Rivière.

L'essentiel de son palmarès est également rappelé.



Ainsi que son histoire familiale, scandaleuse dans l'Italie catholique de l'époque.
Dans mon autre blog, j'ai publié un message à ce sujet: la disparition de Coppi vue par Ici Paris...
Et puis pour finir, il y a cette photo du chagrin de la maman du champion et la foule qui se pressait à Castellania en ce triste jour.


Qu'il était triste le glas de Castellania.

2 commentaires:

  1. Superbe , ce SONORAMA!!! Une perle, autant qu'une curiosité...
    Je vais en profiter pour montrer aux enfants comment fonctionne un phono (même si le disque a une drôle de forme...).
    Si tu postes ces raretés au lieu de tes photos, c'est que le pédalage intensif n'a pas encore du reprendre.. J'espère que ton dos va mieux et que tu nous offriras bientôt de belles photos de coqs, d'arbres,....ou de baignoires!

    RépondreSupprimer
  2. Le dos va mieux, je reprends le vélo demain (ça va, j'arrive à me retenir...). Cette pause imprévue m'aura permis de tracer les étapes de notre Tour de foot et de fouiller dans mes archives ! A quelque chose malheur est bon.

    RépondreSupprimer