1959

1959

mardi 14 décembre 2010

Dans la roue de Freddy Maertens (6) Début de saison 1977

Je continue donc l'exploration de la carrière de Freddy Maertens, prétexte pour me replonger dans mes vieux Miroir du Cyclisme de ces années fastes pour le vélo.
Et rien qu'avec ce numéro 229 de mars-avril 1977, il y a de quoi faire, à propos de Freddy bien sûr, puisqu'il est à la une du journal, mais également pour aborder ce sport par le petit bout de la lorgnette...
Dès le début du mois de mars, Maertens donne le ton (et le regard d'Eddy Merckx, dans son beau maillot Fiat, en dit long...) en remportant le Het Volk, grande classique belge.
Pour cela, il bat au sprint son compagnon d'échappée, Jan Raas, laissant le peloton de Merckx et De Vlaeminck à plus d'une minute.
Il continue avec Paris-Nice où il remporte 5 étapes et le classement général.
Il est aidé pour cela par Michel Pollentier qui emmène sur cette photo le peloton (où l'on reconnaît, dans l'ordre : Maertens, Thévenet, Knetemann, Merckx, Raas, Van Impe...). Elle n'est pas belle cette photo d'Henri Besson un des grands photographes du vélo de cette époque  ? Michel Pollentier dont on peut voir, même sur une photo, comme il pouvait martyriser un vélo ! Pollentier qui n'était pas encore l'homme à la poire...
Ce Paris-Nice révèle également un espoir prometteur: Bernard Hinault qui termine 6ème au classement général. Sur cette photo, il tentait une échappée avec Didi Thurau qui fut un des grands bonhommes du Tour 1977. Et derrière Hinault, à la 7ème place, on trouvait Poulidor qui était en train de courir sa dernière saison de cycliste professionnel.
Merckx quant à lui, abandonna cette course non sans avoir remporté une étape à Digne. 
Et puis, j'ai trouvé cette histoire... belge !
Rien que pour des histoires comme celle-là, j'aurais envie de devenir Belge ! En tout cas, eux, ils n'ont pas gagné le tiercé belge...
D'un côté, des coureurs belges qui gagnent presque tout sur ce Paris-Nice : Maertens, Merckx, Van Springel, Sercu ! 
Et de l'autre, des "techniciens suiveurs" qui confondent Saint Trivier de Courtes et Saint Trivier sur Moignans en venant de Nuits Saint Georges !!!
En plus, l'équipe s'appelle "Superia EBO"... Trente ans plus tard, cela aurait fait ricaner.
Enfin pour en finir avec ce n° de MdC, une photo de René Fallet qui ne manque pas une occasion de faire du vélo, même pour de faux !
Je crois d'ailleurs qu'il lui arrivait de faire du home-trainer avec son copain Brassens...
Et j'espère que Fallet aura droit à un grand article dans l'encyclopédie absurde du vélo !

2 commentaires:

  1. Fallet le dire plus tôt !
    marco
    http://encyclopedieabsurdedelabicyclette.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
  2. je voudrais rappeler le sprint fabuleux de freddy maertens à St.Étienne lors de Paris - Nice 1977, évoquant une "merde" reconnaissant de E.Carrara

    RépondreSupprimer