1959

1959

lundi 15 avril 2013

Hier, c'était soleil !

Alors, bien sûr, nous sommes sortis pour notre premier pique-nique casse-croûte cycliste de l'année.
Et nous n'étions pas les seuls puisque nous avons croisé un groupe de cyclomotoristes qui avaient eu la même idée. On notera le panier en osier sur la Mob' au premier plan.
Le démarrage, à droite, est toujours aussi sportif ! Mais le gilet fluo, quelque peu anachronique. En ce temps-là, monsieur, il n'y avait même pas de casque !






Et qu'est-ce que c'est donc ça ?






C'est un garage spécialisé dans les Combi' Wolksvagen (L'ai-je bien orthographié ?), semble-t-il.
Y'en a pour tous les goûts mais un petit "ripolinage" s'impose.
Combien de tours du monde ? de traversées de l'Afrique ? de campings sauvages au Larzac ? et de manif' anti-nucléaire ?




MAIS...
"...Quel est cet empaffé qui tord
La rue qui paraissait si droite ?..."
Pauvre Lélian,  Allain Leprest. (épisode 6)

(Après la baignoirologie, la coquologie, la grillologie (Merci Michaël de prendre le temps de mettre un nom sur toutes mes marottes photographiques), deviendrais-je "empaffologue" ? "tordologue" ? "Leprestologue" ?)




Car j'en ai trouvé d'autres vers de Leprest à illustrer ! 
Il ne s'agit pas de coq... pas encore :
"...Un millier de mouchoirs mouillés
Se sont enfuis de sa valise
Et je vis ces oiseaux de soie
Etendre une à une leurs ailes
De loin on aurait cru des oies..."

Le texte est de Leprest et la musique de Romain Didier. C'est chanté par Romain Didier et le titre de l'album est tiré de cette chanson : "De loin on aurait cru des oies". Disque MAGNIFIQUE !
Lolo prétend que sur la photo, il s'agit d'un canard. J'aime à penser qu'il s'agit d'une oie...
Et puis nous nous sommes installés près du cimetière de Plessis Feu Aussous, quel drôle de nom, pour notre premier repas en plein air de l'année 2013. Qu'il faisait doux et que c'était agréable !
Après une petite crise de "toitologie", cela m'arrive...
je m'abandonne, pour finir ce message, à ma passion actuelle :
La chasse aux coqs, sur les toits, justement !
Le coq de Marolles en Brie...
...a pour voisin un coq laïc, peut-être même un peu communiste ? Mais je m'avance sans doute beaucoup, pour affirmer cela...
A Villeneuve la Hurée (joli nom, encore), le coq du clocher n'a pas de...
...concurrent, et enfin, il profite, comme nous du ciel bleu.
Ai-je déjà montré l'étonnant clocher double de Chevru ? Caprice de riche ?
Et ce coq cache-t-il un trésor dans son ventre rebondi ?
Pour vraiment en finir avec cette jolie sortie en Brie, je ne faillirai pas à la tradition : les arbres sous le ciel bleu.
Et je crois  que c'est le métier que je préfère :
ARBROLOGUE !

3 commentaires:

  1. Pour information, on écrit "Volkswagen".
    Tu crois qu'il existe des coqs "coquos", toi? Si c'est vrai, c'est sans doute parce qu'ils voient plus loin que nous...

    RépondreSupprimer
  2. Nous avons passé mardi et mercredi en Gironde: le bonheur du cycliste... D'abord, la ville de Bordeaux est organisée pour les cyclistes (nombreuses pistes cyclables, des vélos de location et plein de parkings ou garer sa monture). Ensuite, les Landes: des kilomètres de piste cyclable isolée de la route, un relief pas trop hostile et des paysages extraordinaires... A mon avis, à conseiller à tous les cyclo touristes!!!

    RépondreSupprimer
  3. La descente le long de l'Océan est en effet intéressante : pas de voitures sur de belles pistes cyclables. Pourtant, je dois avouer qu'au bout de deux jours lors de mon TOUR 1959, je m'ennuyais un peu...

    RépondreSupprimer