1959

1959

dimanche 21 avril 2013

Balade chez Dom Pérignon (Deuxième partie) : Les enseignes d'Hautvillers

Après avoir repris des forces, me voici donc parti à la découverte de ce village du vignoble.
Et j'y ai découvert quantité de ces enseignes dont parle Jean-Paul Kauffmann.
Si elles sont pour la plupart récentes, elles donnent au village un caractère... sympathique. Il y en a paraît-il plus d'une centaine, j'en ai photographié une cinquantaine.
Je vais essayer de les présenter en commençant par celles qui illustrent le breuvage du cru.

Toutes ces enseignes sont à la gloire du raisin...










...des travaux de la vigne...
















...et du champagne !








Certaines sont très élaborées...










...quand d'autres le sont moins.













RAISIN !












SOLEIL !











CHAMPAGNE !









TRAVAIL...





































IVRESSE ?































































PARIS !















FOULOIR









Re-Fouloir !
Pas de Dé-fouloir ?
D'autres enseignes annoncent des maisons de champagne, évidemment.








































Où est le fainéant de la bande ?











Enfin, une troisième catégorie d'enseignes a peu à voir avec le champagne.



Un peu de religion...












Abbaye de Dom Pérignon oblige ?











Quelques métiers et commerces sont également représentés :
Le cuisinier.









L'ancien relais de poste.











L'épicier ?














Le menuisier.













Le meunier et son moulin.











Le tailleur (Une enseigne pour Laurence et son nouveau blog : voir le lien sur le côté)

Sans oublier le bistrot du village...
...qui est d'ailleurs fermé, pourtant j'aurais bien aimé y boire une coupe de champagne !




Deux peintures ornent sa façade,



...évoquant, bien entendu, le travail de la vigne.





Les services publics ne sont pas en reste !



L'école...










La mairie...







Les pompiers...










Le service des eaux...















Le restaurant scolaire....












Si j'en crois cette enseigne, tout ceci a été installé dans les années 90.





Le clocheton de l'office du tourisme arbore une enseigne un peu particulière.

L'aigle (impérial ?) indiquerait-il un hommage à Npoléon 1er ?









Tout à côté, c'est à Henri IV qu'il est rendu hommage.






Les angelots sur le tonneaux : Pompettes ? Saoûls perdus ? 
J'aimais bien cette expression, utilisée chez moi quand j'étais petit. Voyant passer une voisine, ma mémé disait : "Alexine a encore été obligée d'aller chercher son "colis" au bistrot avec sa brouette : il devait être encore saoûl perdu..."
Et je vous garantis que dans ces années-là, on ne se saoûlait pas au champagne dans les bistrots de Saint Cado !




Ce soldat (un dragon) rentrera-t-il en... brouette à la caserne ?





La mythologie grecque inspira également certaines enseignes.




Plus prosaïquement, il est également question de casse-croûte (du vendangeur ?) : On remarquera le vin... rouge.



Le cavalier, ou la cavalière, habitant ici a choisi de nous faire partager sa passion. Je n'ai pas vu d'enseigne de vélo : N'y-a-t-il pas de cycliste à Hautvillers ? 
Cela serait compréhensible étant donné les pentes alentours...





On trouve aussi l'enseigne cocardière.








Serait-ce le blason du village ici ?






Mais j'avoue que celle-ci me plaît particulièrement.
Il manque un certain nombre d'enseignes à mon inventaire mais je ne pouvais pas y passer la journée :

j'avais d'autres coqs à fouetter...
comme celui perché sur l'église abbatiale Saint Sindulphe (A-t-on idée d'appeler son enfant comme ça), église paroissiale d'Hautvillers.


Eglise qui jouxte l'abbaye Saint Pierre (Qui ne se visite pas).
L'église, elle, se visite. 
Un grand lustre formé de roues de pressoirs est la seule allusion au champagne que j'ai trouvé ici.
Les stalles de bois sont richement ornées.
Les moines étaient-ils confortablement installés durant les offices ?



Du bel ouvrage...










Mais qui est ce beau jeune homme ?




De grandes orgues dominent le fond de l'église.
Ici repose en paix, depuis 1715, Dom Pérignon, bienfaiteur de l'humanité, je le répète !
Au gré de mes pérégrinations dans ce charmant village, mon oeil remarqua d'autres choses fort intéressantes.


Saoûls perdus...












...eux aussi ?





Normal avec toutes ces maisons dignes d'intérêt.




Il y a même un cadran solaire qui fonctionne...








Pour les non-cyclistes, il existe même la possibilité d'une écovisite dans ce petit véhicule (électrique). Publicité gratuite... même pas une petite coupe, quelle misère !
Et partout de jolis porches.
Le lavoir, toujours en état, mais sans doute peu utilisé , est également agrémenté d'une jolie ...
...enseigne, bien sûr !




Je réussis même à trouver.... 



...dans ce village décidément fort intéressant...



...de nouvelles plaques de cocher !




Les plaques de rues sortent également de l'ordinaire.
Je quitte cette riante localité sans avoir bu le moindre petite flûte mais avec cette prière dans la tête.
Et il me faut encore grimper pour continuer ma randonnée jusqu'à ce deuxième point de vue...
...au-dessus du village celui-ci.



Sur la route de Fleury la Rivière, je roule avec un cyclo de Reims qui m'annonce que le Brevet cyclo de la Montagne de Reims se déroulera cette année le 30 juin, avec de nouvelles bosses au programme.






A Fleury, je prends le temps d'apercevoir une nouvelle enseigne.











Tout comme à Damery : ce sera la dernière pour aujourd'hui !








Et c'est dans ce village que je franchis la Marne à nouveau, je suis sur le chemin du retour.
Le porche de cette demeure délabrée m'intéresse quelques secondes.
Tout comme le coq de Damery !
Jean-Paul Kauffmann passa sans doute près de ce bateau lors de son voyage à l'automne dernier.
Je crois me souvenir qu'il parle de ces platanes...
Sur l'ancienne Nationale 3, ces religieux juchés sur le mur d'une maison de champagne me semblent bien sympathiques : Le vin de messe doit pétiller dans la région !
Je cycle sur la rive gauche de la Marne maintenant, et si le vert manque encore au paysage, je traverse de jolis villages.
Comme Boursault où j'arrive après une redoutable montée pour apercevoir ce château...
 ...et sur le clocher,


je ne peux pas louper ce coq !






A Oeuilly, par contre, pas de gallinacée au clocher. En plus, je ne peux même pas visiter l'écomusée de ce village. Ce sera l'occasion d'une prochaine randonnée, avec Lolo ?
Heureusement, je trouve dans le village une fontaine comme je les aime sans le maudit écriteau...
Et comme je n'ai pas l'intention de laver mon linge,
.. je me désaltère tout mon sou (qui n'est pas perdu lui...).
Quelques kms plus loin, je ne peux pas rater ce champagne qui aurait  sa place sur le blog de ma tendre et chère !

A quoi servent les "espèces de capsules " marrons ?
Je vais quitter le vignoble. La prochaine fois que j'y reviendrai, les ceps seront couverts de feuilles mais pour l'instant, il me faut pédaler pour rentrer avant la nuit, m'autorisant juste quelques arrêts pour enrichir mes Collec's.



Un dernier coq : celui de Festigny.






Deux plaques de cocher.
En mauvais état, hélas !
Et pour finir, les arbres des Thénières que je n'avais encore jamais photographiés. Il ne me reste que huit kilomètres à parcourir. Arrivé à la maison, mon compteur affiche 160 kilomètres.

2 commentaires:

  1. C'est curieux d'habiter en même temps rue Jean Mermoz et Rue Pasteur....
    Quant au champagne Pompon-Champy, c'est celui qu'on boit chez mon Papa et ma Maman, et il est excellent.
    Quand je pense qu'il aura fallu que j'émigre à Limoges pour découvrir Hautvillers et son catalogue d'enseignes!

    RépondreSupprimer
  2. C'est toujours un plaisir que de voyager sur ton vélo!! Je découvre et re-découvre ..... Je suis une grande fan même si je ne commente que très peu !!
    Petite info en passant, une "croisière" sur la Marne est possible en partant de Cumery, en prenant un bateau semblable à celui que tu as photographié.
    Bises.
    Marcia

    RépondreSupprimer