1959

1959

dimanche 10 juin 2012

Soixante-sixième sortie 2012 : On m'a volé des hectomètres !

Parti pour une petite balade du samedi matin, j'ai fait une grave découverte... Alors que tout augmente, les kilomètres diminuent !
Entre LFG et Doucy, le "bornage" de la route vient d'être refait et, ô surprise, les kilomètres ont diminué...
En effet, les anciens repères ont été effacés et les nouveaux ont été avancés de quelques mètres. Et moi de me réjouir dans un premier temps... Mais à la réflexion, je me demande combien d'hectomètres m'ont été volés depuis le temps que je parcours cette route : "REMBOURSEZ !" suis-je tenté de m'écrier...
Mais à qui m'adresser ?
La belle plaque de cocher qui se trouve à Doucy, récemment rénovée, serait-elle mensongère, depuis plus de 150 ans ! Aurais-je déjà parcouru 7km et 5hm, 7km et 8hm, voire 8 km ????
Vite, il faut créer une commission, un ministère, mais un simple secrétariat d'état suffirait : le Secrétariat d'état au Redressement hectométrique. (Pas plus ridicule que la réussite éducative ou le redressement productif...) Bien sûr, il ne faudrait pas choisir une personnalité trop... bornée.
Le cycliste qui, comme moi, n'a pas de compteur ni de GPS doit se fier à la DDE et compter les bornes. Mais il y en a de moins en moins. De plus en plus nous devons compter les petits traits.
Car les bornes deviennent rares. Par exemple, sur l'ancienne N33, entre Viels Maisons et Montmirail, j'ai compter seulement deux vraies bornes kilométriques dans le département de l'Aisne ! Et encore, elle ne sont pas de la même "famille"...
Alors le cantonnier facétieux, tatillon, nul en maths (?) peut facilement changer   le kilométrage de nos belles routes d'un simple coup de pinceau.
Ce n'est pas au bon vieux temps de la borne en béton que cela serait arrivé ! Le cantonnier qui se trompait, même s'il s'en rendait compte ne devait pas rectifier son erreur (ses collègues non plus...) ni s'en vanter auprès de son chef. 
Il lui aurait alors fallu :

  • Sortir la borne de terre.
  • La monter sur une brouette pour la déplacer.
  • Creuser un nouveau trou à l'emplacement approprié.
  • Y mettre la borne.
  • Venir reboucher le premier trou.

Ouf, ça donne soif !
Donc la vieille borne était immuable. Pas de fantaisie, une borne est une borne. 
Mais depuis que la borne en béton a été envoyée au cimetière, c'est un changement d'époque !
Qu'elles soient remplacées par des bornes en plastique, 
...par de petits panneaux comme sur la route Cézanne autour d'Aix en Provence ou par de minables petits traits de peinture, je suis certain que c'est un coup des requins de la finance mondialisée qui peuvent ainsi spéculer en toute impunité sur le cours du kilomètre qui doit être indexé sur le franc suisse, sur l'EPO ou le Pot belge ?
Je n'ose même pas imaginer ce que vaut un kilomètre grec à l'heure où j'écris ces lignes.
Vite revenons à la lieue (Ancienne mesure linéaire de longueur variable, selon M. Larousse) avant qu'on ne me demande de rembourser tous les kilomètres que j'ai parcourus ! 
Mais pour finir, un peu de douceur dans ce monde de brutes...

2 commentaires:

  1. CHAPEAU ! Car si pour certains messages, je t'ai vu y consacrer du temps, celui-là, je ne l'ai pas vu venir. Ta mémoire est toujours aussi gaillarde, car certaines photos n'ont pas été prises ces derniers jours. A moins que tu ais créé un dossier "bornes" dans lequel tu n'as qu'à aller puiser ? Quoiqu'il en soit, tu as de la suite dans les idées.
    Mais n'ait crainte, tu finiras bien par atteindre ton objectif ultime, cela te prendras un peu plus de temps ...
    Quel éclat, le rouge des coquelicots !

    RépondreSupprimer
  2. Dis-moi Laurence, quand tu parles de "suite dans les idées", tu sous-entends qu'il est BORNE? Moi je sais bien que non!
    Mais en ces périodes de foot, ne serait-il pas envisageable de revenir à l'unité des inventeurs des JO: je veux dire, le "STADE", unité qui fut utilisée pour donner la première évaluation du périmètre de la Terre?

    RépondreSupprimer