1959

1959

mercredi 4 avril 2012

Paris Roubaix : c'est dimanche...

Non, non, je n'y serai pas ! 
Jamais, je ne prendrai le départ, ni du Paris-Roubaix cyclotouriste (au mois de juin, je crois), ni du Paris-Roubaix cyclosportif (qui s'est déroulé dimanche 1er avril, il y en a qui doivent encore avoir mal au c.. !). jamais on ne me fera rouler sur ces pavés disjoints, dans la "bouillasse" des chemins creux de Ch'nord ! Je hais les pavés ! 50 mètres de pavés décoratifs  dans n'importe quelle petite ville prétentieuse suffisent à me mettre en rage... alors pensez donc, des dizaines de kilomètres de cailloux disjoints !!!
Mais il faudra bien qu'un jour prochain j'aille regarder passer les forçats de la route qui, ici mieux qu'ailleurs, méritent leur surnom.
Mais pas question bien sûr pour moi de raconter ici l'histoire de la Pascale (qui cette année peut retrouver son surnom) : d'autres l'ont fait, et de quelle façon lorsqu'il s'agit du livre de Pascal Sergent. Et il y aurait tant à dire, tant à montrer d'images !
Pourtant, je me dois de rendre hommage à tous ces héros qui souffrirent sur les pavés du Nord, d'Arenberg au carrefour de l'arbre, de la côte de Doullens au vélodrome de Roubaix !
Photo prise lors de mon "Tour de France 1959", durant lequel je me suis évertué à éviter les maudits cailloux !
C'est en ouvrant la première reliure contenant ma collection que j'ai trouvé ce N°2 de Miroir du Cyclisme (Première série bimestrielle de la revue parue en 1960).
L'édito de Maurice Vidal plante le décor, la photo aussi qui nous montre Fausto Coppi lui-même (Qui vient de mourir au début de cette année 1960.) !
UNE " CLOCHE " NE GAGNE JAMAIS LA PASCALE
De Paris à Roubaix, la route n'est pas gaie. Elle n'est pas bordée de jonquilles, comme celle du National, avant que celui-ci ne devienne algérien à part entière. Elle n'est pas écrasée de soleil, comme celle qui mène de Bor­deaux à Paris. Elle ne prend pas les teintes rousses de' l'automne commençant, ainsi que le chemin de Tours.
La route de Roubaix est noire comme la route du labeur quotidien, pavée de -bonnes intentions comme l'enfer. Son horizon est bordé par les terrils, les crassiers, les corons tristes d'apparence, où vit pourtant un peuple de coura­geux, où naissent, vivent et meurent des hommes et des femmes aux poumons couleur de la route, ces mineurs dont un poète a dit qu'ils tiraient pour nous « les marrons du feu de l'hiver ».
La route de Roubaix ne connaît pas la paresse. Ni des­sous ni dessus. Car les coureurs qui l'empruntent le jour de la « Pascale » (elle ne mérite plus son nom, mais elle l'a gardé) sont dignes de ceux qui les regardent passer. Balayés les insouciants mal préparés, écrasés les téméraires ou les inexpérimentés. Paris-Roubaix se fait respecter des plus grands.
Chaque année, quelles que soient les fluctuations du sport cycliste, les meilleurs pédaleurs sont au départ. Deux mois à l'avance, ils ont pensé à cet instant. Ils sont prêts à se méfier des premières échappées classiques. D'avance, leurs muscles sont bandés pour la côte de Doullens,  en haut de laquelle il faut se  présenter en  bonne place, car c'est là que se distribuent les tickets pour les « bordures ».
Ils ont préparé une première course qui lés amènera en tête aux portes de l'enfer. Et là, sur les pavés disjoints, qui leur secouent atrocement le cœur, qui leur retournent l'estomac, qui usent les bras les plus solides, dans la pous­sière, dans la boue souvent, ils savent qu'ils auront une nouvelle course à disputer, la plus terrible du cyclisme. Celle d'où ne sortent que des courageux, des coureurs de race. Celui qui sort victorieux de l'enfer possède un nom ou s'en fait un. C'est la pure loi de Paris-Roubaix...
Maurice   VIDAL.
Un grand article de  François Terbeen narre chronologiquement la geste de la Classique nordiste d'Octave Lapize, auteur héroïque d'un légendaire triplé en 1909,1910 et 1911...
 ...à Bobet, Van Steenbergen et autres Flahutes flingueurs . Mais ce n'est pas mon propos aujourd'hui.
Car, Paris-Roubaix, c'est avant tout l'Enfer pour la multitude des concurrents ainsi que le montre Pellos.
Alors je préfère laisser la plume à Robert Chapatte qui raconte la course telle qu'il la vécut de l'intérieur.
Paris - Roubaix, c’est comme ça !
Par Robert Chapatte
Ce   n'est pas  par hasard ou par favoritisme que Paris-Roubaix  a  été  reconnue  «  la  plus  belle des classiques  ». Personne ne  lui  conteste ce titre.      Surtout   pas   les   coureurs   qui   n'ont   pas   eu besoin   d'une  décision  officielle  pour   en  faire  une épreuve   protégée  avant  la  lettre.
Posez la question : « Préférez-vous être champion du monde  ou remporter Paris-Roubaix ? » La réponse sera    Champion  du  monde...   il  le  maillot, mais   Paris-Roubaix... ça  marque  ».
C'est vrai une auréole de super-routier s'inscrit autour du nom d'un vainqueur de Paris-Roubaix. Pour tous il est sorti en dominateur d'un enfer.
« L’enfer du Nord » comme dit un jour un reporter sans songer, peut-être, qu'il faisait ainsi entrer les pavés  dans la légende.
Le long  des corons, sur les trottoirs chaotiques, à peine plus cyclables que les pavés inégaux plantés au petit bonheur, la face burinée par l'effort, noircie par  la   poussière  charbonneuse,  le coureur  dispute   son   propre  critérium.  Je  n'en  connais  pas  un
qui   ne   tire   une   joie   réelle   d'une   bonne   course
ce jour-là.  Même si la victoire ne l'attendait pas au
bout de la piste.
Dans la saison d'un coureur, Paris-Roubaix prend place au programme d'honneur. Les épreuves qui précèdent le départ sont disputées en fonction de la        course  vers le  Nord. Et à  Saint-Denis, l'électricité est  dans  l'air.  Descendus de  leurs  plaines  flamandes,   les   mollets   frétillants   et   les   yeux   pleins d'espoirs, on regarde ainsi chaque année des jeunes flahutes se préparer nerveusement à la consécration.
Claës, De Ryck, Van Daele, Foré…Les  voilà ceux qui ont touché au sommet comme l'ont fait Van Steenbergen, Coppi, Bobet, De Bruyne les maî­tres qui, sans Paris-Roubaix, ne seraient pas ce qu'ils sont.
Aucune protestation, aucune réprobation ne diminuèrent le succès des premiers nommés. D'un seul coup, ils s'étaient installés parmi les meilleurs. Et entre eux, ces meilleurs, ne diminuent pas leurs victoires.
Un gagnant de Paris-Roubaix devient un immortel de l'académie du cyclisme.
Aucune autre classique en ligne ne peut se pré­valoir d'un tel privilège.
Les "bordures" de Paris-Roubaix,..
En   contre   partie   Paris-Roubaix   exige   de   ses acteurs la condition  «  nec  plus ultra   ».  Déjà qu'en   pleine  forme  l'on  n'est  pas  certain   de pouvoir  résister  aux   impitoyables   bordures   qui,   de Creil   à Arras,   préparent   le   final,   il   est   en   consé­quence   recommandé   de   s'abstenir  si   l'on   doute.
C’est ainsi que Doullens et sa côte qui ne marque pourtant qu'un bref passage donne chaque année le signal des premiers soulagements du pelo­ton... quelques unités à la recherche du second souf­fle, insuffisamment préparés à l'Enfer.
On croirait à un jeu des coureurs de tête. Ils avalent cette bosse entre deux tartelettes tout comme si l'arrivée de la course avait lieu au sommet. Résultat, les faiblards y laissent la peau. Mais il faut voir sans doute en cette curieuse façon de faire une subsistance à cette ancienne tradition qui vou­lait que le premier à Doullens soit le premier à Roubaix. Il n'est pas, à ma connaissance, de pareil exemple depuis 15 ans.
...Mais cela n'empêchera pas cette fois encore Doullens d'être pris d'assaut. Le pli est pris. Les jeunes d'aujourd'hui, imprégnés par leurs anciens de l'esprit de Paris-Roubaix, ont pendant la courte ascension de la côte picarde, le moyen de se prouver leur propre force. Sachez que cela est très bon pour leur moral en vue de la suite des événements.
Car sans prendre le temps de respirer, sur le plateau avant Arras. les bordures vont s'organiser et il est toujours préférable d'avoir sa petite place assurée dans la première bordure.
Or, comment l'obtenir cette place de choix si l'on ne se pointe pas au sommet de la côte dans les 15 premiers...
Autant que les pavés, les bordures décident de Paris-Roubaix. Que le vent soit favorable ou de côté, on change l'orientation de l'éventail, c'est tout. Et les Paris-Roubaix qui laissèrent un médiocre souvenir aux suiveurs sont ceux disputés avec le vent de face qui, en étouffant toutes les échappées dans l'œuf, amenaient un peloton encore important aux approches de l'arrivée.
Mais ces mêmes suiveurs conserveront longtemps le souvenir du Paris-Roubaix record de 1948 poussé de bout en bout par un véritable vent de tempête.
Avec Caput, Magni et un inconnu à 45 à l'heure
Jeune professionnel chez A. Magne, je n'avais pu  me décider à  courir  les Paris-Roubaix 46 et 47. La pensée de déguster un bon coup de   trique   entre   deux   pavés   ne   me   disait  rien et  j'avais préféré participer, en  tant que pistard, à la réunion d'attente de l'arrivée. C'est ainsi que je vis Claès remporter son deuxième succès.
Mais en 48, Tonin en me communiquant le programme,  fut  formel   :   «   Vous  courrez  Paris-Roubaix ! »   II  s'y  était  pris  trois  mois  à  l'avance. Cen'était pas trop pour me faire à cette idée…
Bien préparé, mais résigné par avance, me voici donc au départ.
La météo avait prévu la veille : demain, vent violent du sud-sud-est. Pour être violent, il fut violent ce vent. Un véritable sprint marqua le départ au barrage de Pierrefitte. A croire qu'aucun coureur ne sentait les pédales. Et déjà quelques finauds qui voyaient grands roulaient sur le 14 dents qui fit ce jour là son entrée en compétition... Je sais évi­demment que depuis on voit encore plus grand mais ce jour là, pour le débutant que j'étais, le 14 dents des autres me fit froid dans le dos. Per­sonnellement, j'étais muni du 49 x 15 cher à A. Magne. Mon ami Caput avait le même braquet. Et d'entrée il me mit dans le mauvais coup. « Si on se taille pas du peloton, on va se casser la g... Crois moi, dans la première bosse, on fait la valise. Et devant on sera peinard ».... Vous parlez... mais je ne savais pas encore à l'époque qu'il ne faut pas suivre tous les conseils de Caput à la lettre.
Sitôt dit, sitôt fait. Dans la côte d'Ecouen, on attaque, on descend à toute allure l'autre versant, il y en a d'autres avec nous et sur le plat on se relaye toujours au sprint Après deux kilomètres, je me retourne. Nous avons deux cents mètres. C'est parti mon kiki... Et ça va aller loin... Et ça va aller vite.
Quand on commence à s'installer dans notre petit train de plaisir, je regarde nos compagnons. Il y a là Kergoet, Kléber Piot, un vieux copain, Danielou, un jeune nantais (il a un 14), Magni, l'as italien et un grand costaud qui porte un drôle de maillot à larges carreaux verts et oranges. Pas besoin de réfléchir pour comprendre que c'est un Italien. Mais qui ? Magni, à qui je fais un signe interroga­teur pour connaître l'identité de ce jeune homme aux épaules de déménageur me fait comprendre qu'il est trop occupé pour me répondre. Alors, après tout qu'importe. Le principal c'est qu'il roule.
Je n'ai su que par les journaux du lendemain le nom de notre gaillard qui devait accomplir un extraordinaire Paris-Roubaix : Monari. Ça ne vous dit rien ? Je m'en doute. Ce fut sa grande performance. La seule, mais croyez-en un témoin : elle est de taille.
Avec sept unités, l'échappée ne s'annonçait pas trop mal. D'autant que l'ardoisier vint nous annon­cer à Creil : « 1 minute d'avance ».
Mais tour à tour Kergoet et Piot s'arrêtèrent pour crevaison. A l'allure de la course, le changement de roue ne leur était d'aucune utilité. Il leur était pratiquement impossible de revenir. Sur le 49 x 15 nous étions comme sur home-trainer. Nous pédalions dans le vide.
Le coup double de Van Steenbergen
A BRETEUIL,    2'    d'avance,    mais    Danielou disparaît à son tour. Plus que 4. Et toujours le bruit des boyaux qui sifflent sur le maca­dam.   De   temps  à  autre   Caput  crie   à   Magni   qui vient   de   prendre   le   relai   :   «  Allons   Fiorenzo, « chiqué »  pas... presto...  presto ».
Evidemment avec l'accent « italien » de P'tit Louis, ça vaut son pesant et pour moi ça me passe le temps. A l'autre, le grand aux carreaux, Louis ne dit rien. Il n'y a rien à lui dire à celui-là. Les yeux fixés droit devant lui, il fonce, bien en ligne, sans jamais ralentir la cadence.
Robert Chapatte et ses compagnons d'échappée
Avant Amiens, quand nous comptons 3’, l'ardoisier revient nous annoncer que la moyenne dépasse 45 à l'heure. Pas étonnant dans ce cas que les bornes semblent aussi rapprochées. Et parce qu'il veut nous donner le moral et sans doute parce qu'il commence à y croire, Louis crie : « Ah, ils doivent pas se marrer derrière ». Comme si nous, à l'avant, on se tapait sur les cuisses.
Puis c'est Doullens, toujours tous les quatre. Au pied, Magni s'écarte encore en simulant des ennuis de dérailleur (son truc favori quand il ne veut pas mener), nous le relayons et Monari vient à son tour à 200 mètres du haut. Là le vent a changé, il souffle toujours favorablement, mais de côté. Ce qui ne change pas grand chose pour 4 coureurs ensemble mais pour le gros peloton les bordures vont devenir plus serrées... Mais tout à coup, alors que le sommet est là tout proche, en me mettant en danseuse, j'entends deux claquements secs à la roue arrière. Le dérailleur en frottant les rayons en a fauché deux au passage. La roue touche au frein.
Robert à pied...
J'ai mis pied à terre pour écarter l'étrier du frein. Mais Caput, Magni et l'Italien sont déjà loin. Je repars avec 400 mètres. Et jusqu'à la sortie d'Arras je les chasserai. Sur les premiers pavés, d'autres rayons cassés m'obligeront à attendre Antonin Magne pour changer de roue et mon Paris-Roubaix s'arrê­tera là.
Dommage car les échappés n'ont été rejoints qu'à 20 kilomètres de l'arrivée. Magni subitement guéri des maux d'estomac dont il se plaignait au début de la course, et son dérailleur miraculeusement réglé, a senti qu'il pouvait remporter un fantastique Paris-Roubaix. Et il a brutalement démarré sur les trot­toirs, Caput et leur dernier compagnon ont été décramponnés mais Magni a réagi trop tôt. De l'arrière un premier bolide est revenu : Milo Carrara, qui en me passant un peu avant m'avait laissé l'impression qu'il était en avion.
Puis B. Gauthier à son tour, a surgi. Pas plus heureux que Carrara, il fut rejoint par deux super­champions qui le laissèrent sur place : Van Steenbergen et Idée.
« Mimile » fit ce jour-là une fin de course qui souleva l'admiration de tous les suiveurs. Mais au sprint contre Rik, il ne put rien tenter.
Et c'est ainsi qu'en remportant son premier Paris-Roubaix Van Steenbergen devint aussi recordman de vitesse sur route : le ruban jaune était porté à 43 km 800, mais une décision des commissaires de course devait le ramener à 43 km 612.
Rik Van Steenbergen, vainqueur en 1948
Coppi en 50... et Bobet en 51 leurs deux sommets
EN 1949, dans le final pavé, A. Magne comptait cinq   Mercier   sur   les   sept   hommes   qui,   à 10 km de la ligne, roulaient 500 mètres devant le  peloton.  A  5 km du  but  il  n'en comptait plus que  deux.  Moujica  et l'auteur de  ces  lignes. Tous les  autres  avaient  crevé.  Et  à  Hem,  dernière  tra­versée  pavée  avant  Roubaix,  ce  fut  mon   tour de stopper pour crevaison. On sait que Moujica, contre Leenen  et  Mahé, dut  se  contenter de  la  troisième place. Mais André Mahé, toujours présent dans les grandes batailles des classiques, méritait bien de voir sa grande valeur confirmée par un succès dans la plus huppée de toutes.
Malheureusement sa victoire fut diminuée par une erreur de parcours dont il n'était nullement respon­sable à l'entrée du vélodrome et c'est ainsi que le Paris-Roubaix de 1949 comporte deux vainqueurs ex aequo : Mahé et Serse Coppi, vainqueur du sprint du peloton qui luttait pour la cinquième place.
Maurice Diot, dans le sillage de Coppi
En 1950, Fausto Coppi remporta l'une de ses plus grandes victoires. Je voudrais seulement rapporter que lorsque détaché du peloton avec Diot, à la suite de son coup de force du ravitaillement d'Arras, il nous tomba sur le paletot du côté d'Hénin-Liétard alors qu'avec Sciardis, Costes et deux Belges, nous pensions naïvement avoir la course en main. J'ai nettement éprouvé le sentiment que Paris-Roubaix appartenait à ceux qui ont « la taille au-dessus ».
Maurice Diot, longtemps accroché au sillage de Fausto, ce jour là eut bien raison, après l'arrivée, de déclarer Coppi hors concours.
En 1951 le plus fort de tous était Louison Bobet, et venait ensuite P. Barbotin. Tous deux venaient précisément de remporter Milan-San Remo et le National. Ils étaient, je l'affirme, capables d'un autre doublé dans Paris-Roubaix. Mais sur le plateau entre Doullens et Arras, tous deux crevèrent alors que les bordures avaient fait monter les aiguilles des compteurs à 50. Barbotin réussit l'exploit incroya­ble de rejoindre en sautant d'une bordure à l'autre avant de crever de nouveau. Quant il le vit passer notre bordure, Schulte, qui pourtant en a vu pas mal dans sa carrière, siffla puis hurla un « god-furdom' » à vous fendre les oreilles.
Caput qui (comme par hasard) était encore près de moi me dit : « Tu as compris... s'il avait couru le Tour du Vaucluse ».
Car le dimanche précédent Rémy, A. Rolland et moi avions pris les 3 premières places du Tour du Vaucluse et nous étions encore là réunis avec Schulte, Caput et d'autres ressentant tout à coup combien le Tour du Vaucluse... était éloigné de Paris-Roubaix.
Quant à Louison, finalement deuxième cette année là, il remonta tout le monde sauf Bevilacqua qui avait trop d'avance. Mais ce fut la meilleure course du grand Louison.
Mon dernier souvenir de Paris-Roubaix date de 1954 où, sortant des 6 Jours de Paris, les six daymen après un départ laborieux devaient obtenir des acces­sits flatteurs derrière le vainqueur Raymond Impanis.
Blusson et Surbatis sprintèrent parmi les 7 pour la première place mais avec Bobet, Varnajo, Costes, Caput nous aurions pu, peut-être, les rejoindre « in extremis » si une chute collective ne nous avait emmê­lés sur le trottoir qui mène de Hem au virage de l'église à 4 kilomètres de l'arrivée.
Profondément coupé à l'index gauche, j'étais reparti avec Louison quand au bord de la route je vis une bonne femme exprimer un rictus douloureux en montrant mon visage.
Elle me croyait gravement blessé en voyant le sang qui barrait le front et la joue, mais c'était en portant le doigt à ma figure pour enlever de la poussière que j'avais laissé ces traces de sang.
Et bien vous me croirez si vous voulez, en mettant pied à terre sur la piste quelques instants plus tard, je n'ai pas essuyé ce sang qui me faisait passer pour un héros de Paris-Roubaix.
Maintenant lorsque sur le tansad de la moto je roule près d'eux dans l'Enfer de Montchaux ou de Mons en Pévéle et que je vois un jeune découvrir avec effroi cet aspect du cyclisme de toujours, j'ai envie de lui dire : « Eh oui, c'est cela mon petit gars, Paris-Roubaix... C'est pourquoi elle est la plus belle de toutes ! »
 Gueules de mineurs de fond : on a presqu'envie de chanter "Les corons". Alors, rendez-vous dimanche ? ...devant la télé ou sur le bord de la route ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire