1959

1959

samedi 18 mai 2013

45ème sortie : La Seine en crue

Sortie en tandem aujourd'hui. En effet quand Laurence a voulu sortir son vélo, la roue arrière était à plat, alors nous avons sorti le tandem. Puis j'avais oublié l'appareil photo : demi-tour. Et puis, dans cette petite descente, un goudronnage "cacamiteux" nous a bien secoués (Lolo garde le sourire quand même, pourtant, quand on est secoué sur le tandem, on est secoué...). Mais l'appareil photo est sorti de sa poche pour se retrouver par terre... 
Elle commence mal cette sortie ! 
Mais, miracle, s'il est un peu cabossé, il fonctionne toujours ( Petite pub, c'est un Nikon Coolpix : solide, la bête...). Hélas, en arrivant à la maison, je me suis rendu compte que la carte mémoire avait disparu : envolée dans les hautes herbes, récupérée par un promeneur ? En tout cas, je ne l'ai pas retrouvée. Heureusement toutes les photos étaient enregistrées sur l'ordi.
Quelques hectomètres plus loin, nous avons retrouvé l'ami Pascal pour prendre la direction de la Seine.
Mais contrairement à ce que pourrait faire penser le titre de ce message, pas d'images spectaculaires d'un fleuve dévastant tout sur son passage. Pas aujourd'hui en tout cas... et c'est tant mieux !
Simplement de l'eau partout où elle peut se faufiler...
A gauche...
A droite...
Un fleuve qui a un lit trop petit tout à coup et qui s'étale...

...qui prend ses aises ! (Il y a dans le ciel une cigogne : qui la retrouvera ?)
Et, toutes proches, les tours de Nogent... nous menacent ?
Mais ce n'est pas tout, après, sur la route (que je déteste...) entre Conflans et Bethon, nous avons levé le nez en l'air pour apercevoir ces drôles de bonshommes sur leurs drôles de machines.
Cela s'appelle du Paramoteur. C'est   au parapente ce qu'est le vélomoteur au vélo... mais en mieux quand même ! Essayez de vous envoler avec un vélomoteur...
En tout cas, merci au "paramotoriste" qui est venu survoler ce champ de colza...
...le temps d'une photo (Il a même dérangé la sieste d'un lièvre ! qui en...sursauta... Qui le trouvera sur la photo ?)
Merci, m'sieur ! Et bon voyage

MAIS "...Quel est cet empaffé qui tord
La rue qui paraissait si droite ?..."
Pauvre Lélian,  Allain Leprest. (épisode 11)
(N.B : "l'empaffé" n'est pas sur la photo...)

4 commentaires:

  1. Bonjour. Tu nous a ressorti les photos de la Toussaint, non?
    Bon, sérieusement, je ne sais pas si tu es allé récemment faire un tour sur "Les Mollets Moteurs", mais sinon, il faut y aller: le dépaysement est total et les photos superbes...
    En attendant que le soleil reparaisse sur tes photos, ça représente un bon bol d'air pur, dans la morosité et le gris actuels.
    A bientôt!!!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, ça donnerait envie... Mais Laurence m'a prévenu : elle ne veut pas quitter l'Hexagone à vélo. Dommage ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas vraiment ce que j'ai dit. J'ai évoqué le périple des "Mollets Moteurs" qui connaissent un dépaysement total, avec de superbes paysages, mais je ne me vois pas rouler sur ces pistes ! Les conditions de roulage (ça se dit ? ) ressemblent fort à ce qu'ont connu nos coureurs dans les premières années du Tour de France. Sinon peut-être qu'un jour il me prendra l'envie d'apprendre quelques mots d'anglais afin de parcourir les routes irlandaises. A moins qu'une gentille jeune fille nous serve d'interprète. Je ne désespère pas non plus d'aller me perdre - à vélo - du côté de Venise ....

      Supprimer
    2. Pour Venise, il va falloir mettre des roues avec des grosses chambres à air pour flotter... Mais c'est vrai que l'Irlande doit présenter des paysages extraordinaires... Mais on roule de quel côté, en Irlande?

      Supprimer