1959

1959

lundi 10 janvier 2011

Dans la roue de Freddy Maertens (9) : 1978

En 1978, Maertens reste le grand espoir du cyclisme malgré une carrière déjà longue à son actif.
Il est présenté en une du numéro de janvier 1978 comme le rival de Bernard Hinault pour la succession... devinez de qui ?...




Pellos montre bien que le trône est vacant : c'est le Breton qui s'assiéra dessus !








Pourtant la saison commence bien pour Maertens qui remporte le Het Volk en portant son dossard fétiche : le n°13. 









Mais dans le numéro 247 de MdC de mars 1978, c'est Freddy qui est "Face au Miroir"...
...pour une interview de Claude Parmentier dont le sous-titre est : "Partout où il ira, il sera l'homme à battre". Mauvaise pioche ! 
Freddy évoque ses ambitions (le record de l'Heure qu'il ne tentera jamais de battre finalement...), ses adversaires (Zoetemelk, De Vlaeminck, Kuiper, Moser et Hinault...), ses rapports avec son ancien directeur sportif (Driessens qui "n'arrêtait pas de gueuler") et son équipier Pollentier (qui lui a fait un peu d'ombre en 1977) ainsi que d'Eddy Merckx qui fait, selon lui, l'erreur de vouloir s'accrocher un peu trop à une gloire passée.
Et Freddy fait l'impasse sur Paris-Nice pour aller en Italie préparer Milan San Remo. Cela ne lui réussira pas car il ratera complètement sa campagne des classiques printanières!
On le retrouve 8ème du Tour des Flandres, 4ème de Paris-Roubaix, 13ème de la Flèche wallonne, 9ème de Liège-Bastogne-Liège.
Heureusement, début mai, il gagne 2 étapes des Quatre jours de Dunkerque et le classement général. 



Et le revoici à la une du Miroir avec Thévenet : L'heure des comptes pour les deux hommes ?






Avant le Tour de France, il gagne encore une étape au Tour de Suisse tandis que Pollentier remporte le Critérium du Dauphiné libéré.
Et le Tour de France 1978 arriva... Premier Tour victorieux d'Hinault : le successeur du Cannibale c'est lui !
Mais Freddy Maertens remporte 2 étapes et ramène à Paris le maillot vert.


 Mais en montagne, il a beaucoup souffert...
Et à la fin de la saison, le Livre d'or du Miroir du Cyclisme le classe dans la catégorie des déceptions, à juste titre !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire