1959

1959

lundi 20 septembre 2010

Cent treizième sortie : ça porte malheur ?

Chouette, il fait beau ! Alors nous partons faire une petite sortie après le boulot pour nous détendre...
Mais en arrivant de Bois Saint Père, tout là-bas, sur cette jolie route, je roule sur un caillou : Mais que faisait-il là celui-là, et Pfiiiiii ! la "perçure"... à l'arrière comme toujours.
Et comme hier, après avoir changé la chambre à air, dur-dur le remontage du pneu sur ma roue toute neuve .
Alors, j'y mets un petit coup de démonte-pneu, qui me sert pour l'occasion de remonte-pneu et, bien sûr... je perce ma chambre à air toute neuve.
Laurence en est quitte pour aller chercher la voiture pour un piteux rapatriement car je n'ai plus de chambre à air... Elle file comme le vent, revient car elle a oublié la clef de la maison et refile  comme l'éclair !
Assis dans l'herbe au soleil, il me revient à la mémoire que quelque part dans ma sacoche, je dois avoir colle et rustines. Alors je répare.
Le remontage du pneu est difficile mais j'y arrive et je repars ! (Il va falloir que je me mette à la muscul' si je dois crever souvent...)
Et en chemin, je rencontre Lolo dans notre belle voiture...





1 commentaire:

  1. Note bien que tu dois avoir de la chance, dans ton malheur: moi, je ne risque pas d'oublier ni colle, ni rustine: elles me servent une sortie sur deux, en moyenne!
    Mickey.

    RépondreSupprimer