1959

1959

dimanche 30 octobre 2016

Sorties d'automne en Aveyron (Deuxième partie)

Le vendredi 21 octobre, je reprenais la route pour refaire l'étape Decazeville - Aurillac que nous avons parcourue lors de notre voyage  d'août 2016. Je n'en ai pas encore parlé sur ce blog, ça viendra, ça viendra... 
D'autant plus que nous avons découvert la superbe véloroute qui mène de la vallée du Lot au Puy Mary en passant par Aurillac. Le tronçon qui va de Maurs à Roannes Saint Mary est vraiment superbe, les photos sont dans la machine : à voir dans quelques jours, car pour cette sortie du mois d'octobre, je n'avais pas pris d'appareil photographique. Par contre, j'avais pris un sac à dos pour ma cueillette de châtaignes qui s'avéra fort abondante. J'ai dû en ramasser 8 kilos environ. Le temps était beau encore et je fis une bien belle promenade.
Le lendemain, je décidai de repartir sur une autre jolie route de nos dernières vacances : celle qui monte de Viviez au village des Albres. Une longue montée de plus de sept kilomètres en pente douce, une des grimpettes que j'apprécie le plus.
Après Asprières, j'ai quitté la route des vacances pour aller visiter le village médiéval de Peyrusse le Roc.
Voilà bien longtemps que je n'y étais pas venu et je décidai de faire une visite complète de ce site magnifique.
Voyant ce panneau "sens interdit - sauf aux riverains", je choisis d'entrer au village par cette voie.
 Et je fis la visite en sens inverse de la visite traditionnelle.
Je descends difficilement, à pied, trainant ou portant mon vélo... vers le beffroi par ce chemin empierré et à la forte pente.
Et je continue la descente vers la synagogue et l'hôpital.
Je suis au pied de l'aplomb rocheux que surplombe les deux tours de Peyrusse.
Il y eut ici, à certaine période du Moyen Age une population de plus de 3000 personnes.
Il me faut ensuite remonter 150 mètres plus haut par un escalier escarpé que le cycliste que je suis préfère remonter que descendre...
...le vélo sur l'épaule comme un bon cyclo-crossman.
Pourtant, arrivé au pied des deux tours, je n'ose y monter : mes chaussures à cales ne m'inspirent pas confiance, un vieux vertige freine mon ardeur. Car, il faut le dire, ce site est vertigineux !
 D'autres personnes osent y monter et je ne sais si je les envie...
Je ne peux, comme devant beaucoup de vieilles constructions, m'empêcher de penser à ces personnes qui ont participé à la construction de ces donjons, il y a mille ans ou plus... Combien y ont laissé leur vie ?
A l'envers de la visite guidée, j'entre dans le village "moderne", bien calme par ce samedi après-midi ensoleillé. Du tourisme comme je l'aime.
Il n'est pas beau, mon vélo JPLP ?
Il n'est pas beau, ce pays ?

Elle doit déjà être sur ce blog cette chanson mais je recommence...

2 commentaires:

  1. Merci pour la visite!!!
    Et bravo au cyclocrossman!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. J'espère que le petit cyclocrossman s'amuse toujours autant !

      Supprimer