1959

1959

mercredi 5 octobre 2016

Voyage 2016 : Vers les Pyrénées (Huitième étape)

Contrairement à ce qui nous avait été annoncé la veille, le musée du chapeau est fermé en ce dimanche matin. 

Alors, après avoir acheté notre ravitaillement du midi à Caussade qui est vraiment une jolie petite ville, nous partons vers le département du Gers en suivant la vallée de l'Aveyron puis celle du Tarn.
Et c'est très agréable de rouler par ici en ce dimanche matin.

Non, non, nous ne sommes pas en Bretagne.
Nous allons traverser le Tarn.
Et nous roulons, vite, vite, tellement la route est plane et le vent favorable, nous roulons vers la ville natale d'un chanteur très connu.

Car à l'heure du repas, nous nous arrêtons au bord du canal latéral à la Garonne. Ici passe la véloroute des deux mers et il y a beaucoup de cyclistes qui vont et viennent.
 Le pique-nique est... frugal.
 C'est aujourd'hui que nous mangeons la boite de pâté Hénaff que je promène dans ma sacoche depuis le départ. Des fois, il m'arrive de ramener une boite de gâteau de riz ou de pâté ou de sardines à l'huile, que je garde jalousement, au cas où... et qui servira à un prochain périple.
Nous sommes donc à Castelsarrazin, la ville natale de Pierre Perret qui vit depuis 40 ans, je crois, en Seine et Marne.

Il a chanté cette chanson pour la première fois là-bas en mai dernier durant le festival "Alors... chante" dont il est le parrain.  Il en a écrit des belles chansons... merci, monsieur Pierrot.
Et puis nous franchissons la Garonne. Cette fois, nous sommes vraiment dans le Sud... et voici une chanson interptée par un chanteur qui mériterait d'être plus connu.


 La suite du parcours est toujours aussi sympa et la chaleur est vraiment agréable. Quel plaisir de pédaler sous le soleil.
C'est un pays de pigeonniers et de fruits. Mais bientôt nous allons buter sur les petits tape-culs du Gers...
En effet, après Lavit, les petites routes que nous empruntons deviennent un vrai manège de montagnes russes.
 Pas longues, mais bien raides, celles-là. Il nous faut jouer du dérailleur !
 Mais la récompense est là, bientôt : le camping du Néri dans la commune de Mauroux.

 Et c'est un vrai bonheur de nous installer ici pour la nuit. L'accueil est chaleureux.

L'endroit est calme. Beaucoup de campeurs sont venus participer aux festival des étoiles qui se déroule à Fleurance à une dizaine de kilomètres.


L'installation de notre campement est rapide car nous commençons à être rôdés. Pendant que l'un prend sa douche, indispensable, l'autre plante la tente. Et puis l'autre file à la douche et l'un prépare le repas.
Enfin, après l'effort, le réconfort : je me plonge dans mes cartes.
 Pendant ce temps Lolo lit...  
Elles ne sont pas belles, nos vacances ?


 

1 commentaire:

  1. OOOHHH!!!! Que oui, qu'elles sont belles vos vacances!!!
    Et les nôtres se prolongent un peu grâce à vous!!!
    Merci beaucoup!!

    RépondreSupprimer