1959

1959

jeudi 24 décembre 2015

Y'a plus d'saisons...

Voilà quelques semaines que je ne suis pas venu ici. Pas le temps... mauvaise excuse. Pas l'envie... et surtout rien à dire, à raconter. Pourtant, j'ai parcouru de nombreux kilomètres sur mes vieux vélos depuis septembre.
Alors ce matin, quand j'ai pris la route pour une longue journée de vélo, j'ai aussi repris mon appareil photo avec la ferme intention de ramener quelques clichés (au sens propre et au sens figuré)  qui font le "succès" (?) de ce blog . Direction la plaine de Champagne, entre Marne et Aube : j'explore une nouvelle région administrative  : Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne (Alca, Cala...).
 
Aujourd'hui, j'ai choisi de rouler sur ma randonneuse.  Au moment de partir, je me suis rendu compte que la roue avant était dégonflée alors j'ai pris celle de mon vélo JPLP, j'ai fixé un aimant sur un rayon et ainsi le compteur de mon vélo a pu fonctionner. J'ai perdu un peu de temps et comme j'avais déjà un peu trainé, pour préparer le casse-croûte, pour vérifier que l'appareil photo est bien en état, pour chercher la carte qui convient pour l'itinéraire que j'avais en tête. Moi qui voulait partir à 9H00 pour réussir à rentrer avant la nuit, j'abais prévu de faire 150 kilomètres quand même, j'ai finalement pris la route à 9H40.
150 kilomètres un 23 décembre ? Original... Jamais je n'avais parcouru pareille distance à pareille époque. La COP 21 y serait-elle pour quelque chose ?


 C'est bientôt Noël, alors je cède facilement aux premiers clichés de mon petit voyage.

 Le Père Noël en short, c'est pour dans 4 ou 5 ans, parce qu'il va finir par crever de chaleur sous sa lourde houppelande, le vieux bonhomme.
 Des roses en fleur à Noël pour égayer les vignes qui ont perdu leurs feuilles.
 Faudra-t-il s'habituer à ce genre de cliché également ?
Eglise de Chatillon sur Morin,  23 décembre 2015
Le vent me pousse en ce début de randonnée mais je n'oublie pas de sortir l'appareil photo, Clic-Clac.
Eglise de Saint Quentin le Verger
 Les églises de nos campagnes sont toujours aussi belles sous le soleil de décembre.
Eglise de Saint Just
Eglise d'Allemanche
Eglise de Barbonne Fayel
Les coqs sont toujours là, fidèles au poste.
Eglise de Saint Quentin le Verger
Il y en a d'autres, aussi, plus laïques...
...comme celui du monument aux morts d'Anglure.
Anglure où je me suis promené au bord de l'eau.
Au bord de l'Aube.
L'Aube qui bientôt se jettera dans la Seine.
L'eau est un élément essentiel de ce blog.
Qu'elle permette aux canards qui, ceux-là, ne finiront pas en foie gras, pas encore... de s'ébrouer dans la mare.
 
Qu'elle coule dans le Grand Morin ou qu'elle stagne dans une vieille baignoire. La baignoire, ça faisait longtemps, non ?
Les vieilles bâtisses qui ont du mal à rester debout laissent la place à  des pavillons flambant neuf, avec deux garages de plus en plus, à se demander s'il n'y a pas plus de place pour les voitures que pour les gens là-dedans ! 
 Et puis des croix, il y a même des croix qui tournent maintenant !
Je l'ai déjà chantée ici cette chanson de Piaf :
"Mon dieu qu'il y en a des croix sur cette terre...
...Croix de bois, croix de fer, humbles croix familières..."
 Ai-je déjà présenté ici le dolmen du Nuisy ? 
Un dolmen, "daol-men", en breton cela signifie "table de pierre". Lucien Gourong prétend que les dolmens étaient les premières tables de bistrot.
 Aujourd'hui, j'ai cassé la croûte ici mais il n'y avait rien à boire !
 Sur le chemin du retour, un autre bistrot préhistorique, aux Marets. Fermé lui aussi, il me fallut patienter un peu pour déguster un Coreff bien fraiche, bière bretonne bien sûr. A la santé de Lucien Gourong !
Roulé sur des routes où je n'étais jamais passé (il en reste peu, si peu que ce blog est de plus en plus muet) m'a permis de découvrir cette petite place de la Clochette, la bien nommée.
Dans ce même village de Champagne, cette apostrophe qui appelle à la délation ? Que celui qui n'a jamais fauté se moque de l'orthographe approximative... Pour ma part...
La Champagne, donc. Si belle sous ce ciel de printemps.
Tout à l'heure, il me faudra revenir sur le plateau de Brie...
Par la côte qui mène de Villenauxe à Villiers Saint Georges. Et là, n'y tenant plus, j'ai quitté le bonnet qui me faisait bouillir sous mon casque. C'est le printemps, je vous l'annonce.
Pour continuer avec les clichés chers à ce blog, il y a la guerre bien sûr. Celles d'hier, comme à Romilly sur Seine où trône ce char ayant participé à la Libération de Paris en 1944.
 Je pourrais même croire que je suis revenu au temps du marché noir quand ma mère faisait des kilomètres à vélo pour acheter au prix fort quelques kilos de patates et quelques grammes de lard...
Celles d'avant-hier, et l'on sait que celle-là me tient à coeur, tellement je ne la comprends pas.
Quand à celles d'aujourd'hui...

N'étant pas loin de Chalon, j'aurais pu croiser le grand Duduche. Hélas...
 Mais je roule, je roule et je n'en ai pas fini avec mes clichés !
 Pas sûr que je les ai déjà montrées ici ces deux plaques Michelin.
Et il y a ce ciel, menaçant malgré tout... La COP 21, qu'as-tu fait pour le ciel ? Pas le ciel des croyants, le ciel des vivants qui se disent, même si c'est bon pour le commerce ce temps si clément de décembre (Il parait que les terrasses sont bondées !) que ce n'est pas normal quand même, que je devrais faire 60 bornes maxi aujourd'hui emmitouflé dans 6 épaisseurs de vêtements avec mes gros gants, ma cagoule Campagnolo et mes couvre-chausures.
Mais elle sont là les menaces.  Ouf, la centrale atomique de Nogent n'a pas encore explosé.
En ce pays de vent, il nous faut toujours plus d'énergie, alors bon vent ! Surtout quand on l'a dans "la gueule" et qu'il faut pédaler plus fort.
Et puis, je suis rentré à la nuit, presque.
La lune est belle, ce serait presqu'une nuit à rouler jusqu'au petit matin.
Une nuit qui arrive doucement, tranquillement
...mais sûrement. Le Père Noël n'est pas encore là ?
Non, j'ai un scoop, le vieux bonhomme est encore en Polynésie. Il a les moyens le grigou !
JOYEUX NOEL !

5 commentaires:

  1. Merci pour cette promenade natale, vraiment sympa . Mery sur Seine , ma belle maman (dcd) est née pendant l'exode en novembre 1914 dans ce village dans une grange comme le petit jésus...Elle se prénommait Lucie-Espérance... tout un symbole
    Bonnes fêtes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci et joyeuses fêtes àvous aussi !

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Merci beaucoup pour cette belle promenade!!! Que ce grand bol d'air fait du bien!!
    Si un jour, tu montes te perdre sur la côte d'azur des Ardennes, je te conseille la visite de l'église d'Asfeld que je ne crois pas avoir encore croisée sur ce blog...
    Bonne route et bonnes fêtes!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les Ardennes, j'attendrai que les jours soient un plus long.

      Supprimer