1959

1959

mardi 22 juillet 2014

Voyage vers la Normandie (2) : sur les routes de Paris Brest Paris

MARDI 15 JUILLET 2014
Après une nuit (très...) fraîche, c'est Laurence qui se colle au rangement de la tente qui est très humide... Moi, j'ai bien d'autres choses à faire...
Elle a bien mérité un bon petit déj' dans le premier bistrot que nous trouvons à Dourdan.

Un petit tour dans cette jolie cité de Seine-et-Oise (je trouve ce nom joli...) pour une promenade photographique...
CLIC-CLAC ; encore une de ces églises monumentales qui trône au milieu d'un gros bourg. 
re-CLIC et re-CLAC : et aussi une jolie halle pour le marché.
Et nous reprenons la route vers le département des Yvelines par une belle grimpette qui nous met en jambes et nous permet de nous réchauffer.
La campagne nous sourit...
Elle n'est pas belle, la vie ?
A Nogent le Roi, nous arrivons sur le circuit du Paris Brest Paris Randonneurs. D'habitude, je passe ici de nuit, au début du PBP.
Mauvaise pioche ! La route entre Nogent le Roi et Chateauneuf en Thymerais est très monotone et très fréquentée, en particulier par des routiers pressés. Et en plus, il est très difficile de trouver un petit coin sympa pour le pique-nique.
Ouf, près de l'église de Tremblay les villages, nous trouvons ce que nous cherchons.
Le soleil commence à être vraiment... estival et il nous faut songer à nous protéger par une bonne crème solaire, indice... au moins... 50 ou 60 ou 90... c'est dire si le soleil cogne. Mais qu'il est agréable ce soleil !
Pendant de longs kilomètres nous roulons dans une campagne monotone qui doit être bien triste par temps gris...
Une rivière, à l'aise...
Un château ou le porche d'une ferme fortifiée...
Un (trop rare) arbre...
Tout est prétexte pour rompre la monotonie des coups de pédales des bouffe-bitume que nous sommes devenus : Roule, camarade, la Normandie t'attend !
Dans la charmante petite ville de Verneuil sur Avre, où nous arrivons en fin d'après-midi, il nous faut d'abord nous désaltérer...
...et nous rafraîchir.
Et puis il nous faut chercher un hébergement pour la nuit. Et pour cela, nous n'hésitons jamais à nous adresser aux offices de tourisme. Hélas, il n'y a pas de camping dans la région, pourtant le temps s'y prête à merveille. Ce soir, nous dormirons donc à l'hôtel et nous continuons donc vers la ville de L'Aigle.
Pour y aller, nous abandonnons les grandes routes emplies de camions, de camionnettes et autres véhicules pétaradants, sur les conseils de l'hôtesse de l'Office de tourisme qui nous suggère d'emprunter la Voie verte des Bois Francs (qui permet, entre autre d'aller au Center Parc voisin)  et de continuer ensuite par de petites routes vers notre destination. Bonne pioche !
L'accès à cette courte voie verte (8km) est super bien balisée dans la ville de Verneuil (balisage qui permet même de faire un tour de la ville fort intéressant). BRAVO !
Et on dirait que nous ne sommes pas les seuls à profiter de cette heureuse initiative.
Nous retrouvons, enfin, le vélo comme nous l'aimons.
Le vélo avec des petites fleurs... au milieu des champs...
...des bois et...
...des châteaux.
Et en plus, j'arrive à compléter ma collection de plaques de cocher.
Ne sont-elles pas jolies ces deux-là ?
Ainsi, après plus de 130 kilomètres, arrivons-nous à destination au superbe hôtel du Dauphin, à L'Aigle, Normandie.
Et bien sûr, nous y avons bien mangé et bien dormi...
A SUIVRE...

1 commentaire:

  1. Merci pour la promenade, ainsi que pour ton humour....
    On continue!!!

    RépondreSupprimer