1959

1959

mercredi 6 mars 2013

Tour de France 1932 : le regard d'un autre dessinateur : RED.

L'hebdomadaire "Le Miroir des Sports" emploie également un dessinateur sportif.
Créé en 1920, le Miroir des sports utilise les services du dessinateur RED depuis au moins 1924 (à ma connaissance). A partir de 1926, une page entière lui est offerte pour qu'il raconte, à sa façon, le Tour de France.
Laissant les reporters et les photographes narrer les exploits des Forçats de la route, RED s'attache à regarder le Tour par le petit bout de la lorgnette. Ces reportages sont drôles et remplis de ces petites joies et de ces petites peines qui font le quotidien du peloton des coureurs, des suiveurs et de la foule des spectateurs.




Pour être au plus prêt de la course, Miroir des sports publie 2 numéros par semaine durant le Tour de France.













Le trait est moins précis que celui de PELLOS (de mon point de vue) mais le regard est résolument décalé.

















Il fut un temps où la course pouvait être neutralisée pour prendre un... bain de pied !
















Cela ne date pas d'hier que la caravane du Tour soit très bruyante mais au moins... d'avant-hier !















Deux anciens vainqueurs du Tour côte à côte dans l'Aubisque : rien d'étonnant. Sinon que l'un des deux est à pied et en civil !
On notera également l'état de la route.













Il semble que les journalistes en question aient une bonne... descente, sans faux col, espérons-le.
















Et encore et toujours la foule sur le bord de la route !



















La descente, la chute, la soif, la photo : le quotidien du coureur.
















Deux petits bonhommes seuls face à la montagne.




















Et toujours ces croquis pris sur le vif : que du vécu.


















On notera les écrous "papillon" aux roues d'André Leducq.

















Et les suiveurs qui ont "le coup de pompe" !


















L'équipe de France mène le peloton dans sa lente remontée vers Paris.

















La popularité de Dédé Leducq est à son comble : il va remporter son deuxième Tour de France !

















Au Parc des Princes, il peut féliciter son Dauphin, Stoepel. Qui se souvient aujourd'hui qu'un Allemand fut second de ce Tour 1932 ? Au palmarès, seuls les vainqueurs restent.












RED termine en nous montrant la marche triomphale de ce vainqueur vers la capitale !











Mais pour le journal, le Tour n'est pas terminé : Leducq doit raconter son Tour de France. Après les "vacances au Tour de la France", il doit s'atteler à ses devoirs de vacances.






Enfin, RED nous parle de l'après-Tour, celui où les coureurs doivent rentabiliser leur Tour de France : ils vivent du vélo, ne l'oublions pas. Mais, avec humour, il invente des épreuves pour les suiveurs du Tour qui pour beaucoup vont se sentir un peu orphelins, jusqu'au prochain Tour de France bien entendu !

2 commentaires:

  1. Joli coup de crayon, en effet.
    Et des choses bien vues...
    Mais dis-moi, toi qui les connais tous par cœur, y'en eu a beaucoup, des Tours de France enneigés?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "y'en eu a beaucoup" : tu es sûr ? C'est quoi ce coup de pompe ? D'habitude c'est toi qui nous corrige. Y aurait-il de la fatigue dans l'air ?

      Supprimer