1959

1959

mercredi 24 janvier 2018

VOYAGE 2017 : Dixième étape, au pays de l'accordéon, le Bol d'or des Monédières

  Vendredi 4 août 2017
 Au programme de cette étape : le massif des Monédières en Corrèze. Cela nous fait faire un petit détour par rapport à l'itinéraire prévu mais nous ne pouvions manquer cela.
En effet, l'accordéonniste Jean Ségurel était originaire de Chaumeil, village au coeur du massif des Monédières en Corrèze, et il créa en 1952 le Bol d'or des Monédières, célèbre course cycliste remportée par les plus grands, Robic, Bobet, Coppi, Anquetil...
Après un petit déjeuner pris au snack du camping de Treignac où nous avons fort bien dormi, nous quittons la plage corrézienne.
Rapidement nous nous rendons compte que nous avons bien fait de nous arrêter ici hier après-midi.
En effet, nous sommes tout de suite dans le dur car une longue et difficile côte nous mène au village de Lestards.
Lestards, joli petit village bien calme.
Et un des derniers de France à afficher le panonceau "EAU POTABLE" sur sa fontaine !
Après une petite pause bien méritée, nous continuons l'ascension qui est plus douce maintenant et qui doit nous conduire au col de Lestards, enfin presque... 
...car nous avons bifurqué à quelques hectomètres du sommet pour prendre la direction de Chaumeil par le col des Géants. 
Nous roulons sur le circuit du Bol d'Or, en sens inverse de celui de la course.
Nous arrivons ainsi à Chaumeil par une belle descente avant de gagner la Maison de pays des Monédières , petit musée à la gloire de Jean Ségurel et du Bol d'or.
Bien sûr, un lieu dédié à l'accordéon et à la course cycliste, nous ne pouvons manquer cela !
La carrière de Jean Ségurel est retracée ici par quantité d'objets et de documents.
Le "TUBE" de Jean Ségurel c'est "Bruyères corréziennes" et l'émission ci-dessous est à regarder absolument !


Voici les paroles de cette chanson :
Sur le riant coteau, la bergère s'en va

Garder son blanc troupeau à travers la bruyère

Sur le riant coteau, la bergère s'en va

Nul souci dans son cœur

Pourquoi chercher plus loin le bonheur ?

Refrain :
Plus que les rues de Paris, elle aime ses bruyères
Car c'est là qu'elle a grandi au pied des coteaux jolis
Quand la bruyère est fleurie au flanc des Monédiéres
Qu'ils sont loin les soucis, qu'ont les gens de Paris.
La maison de Jean Ségurel, toujours habitée par son fils Alain
Par les beaux matins clairs, elle voit au lointain
Des vallons, des prés verts, et des étangs limpides
Par les beaux matins clairs, elle voit au lointain
Sur toutes les hauteurs
Les bruyères aux douces couleurs
au Refrain
La maison de Jean Ségurel
Elle chante à mi-voix en gardant son troupeau
De vieux airs d'autrefois, aux naïves paroles.
Elle chante à mi-voix, en gardant son troupeau
Les jolis airs anciens
Où vit tout le pays corrézien
au Refrain

Quelque gars du pays un jour l'épousera
Et tous deux dans la vie iront pleins de confiance
Quelque gars du pays un jour l'épousera
Oh, le calme bonheur
Au milieu des bruyères en fleur
au Refrain
Musique de Jean SEGUREL Paroles de Jean LEYMARIE

On peut reconnaître sur cette photo Yvette Horner, Aimable et André Vershuren qui animèrent tant de bals populaires dans tous les coins de France et de Navarre.
Car ces musiciens furent de très grandes vedettes au milieu du siècle dernier. Jean Ségurel a vendu 10 millions de disques de ses "Bruyères corréziennes" !
Et puis, il y a bien sûr l'histoire du Bol d'or mais... j'y reviendrai dans un prochain message.
Ce fut encore un moment fort agréable de ce voyage ! Merci à Mado et Michel de nous avoir signalé ce joli petit musée.
Ensuite nous sommes allés manger à l'auberge du village.
Auberge qui fut, je crois, celle des parents de Jean Ségurel.
Et puis nous sommes partis sur les routes de la Chiraquie. Nous avons même roulé sur le circuit du Contre la Montre du Tour de France 1998. C'était la septième étape du Tour : Meyrignac l'Eglise - Corrèze. Etape mémorable, non pas pour son déroulement sportif, mais parce que c'est ici que l'équipe Festina abandonna le Tour...

Et après ? Le cyclisme a-t-il beaucoup progressé depuis cette époque ?
Heureusement, il nous reste le vélo !...
Le clocher de Corrèze
...et les belles routes de France qui nous menèrent ce jour-là au bord de la Dordogne, au camping municipal d'Argentat.
Mais nous n'avons croisé ni Bernadette, ni Jacques Chirac.
TREIGNAC  - ARGENTAT  (79 KM)
J'avais prévu d'écrire un billet supplémentaire sur le Bol d'or des Monédières. Est-ce bien utile  ? L'ami Jean-Michel en parla déjà si bien dans un article qu'il consacra aux critériums sur son blog "A l'encre violette" (à consommer sans modération !) :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire