1959

1959

mardi 17 octobre 2017

80 kilomètres en pignon fixe

Cinquième sortie aujourd'hui sur mon beau vélo à pignon fixe. Et ça y est, je commence à m'y faire et même, je dois l'avouer à prendre beaucoup de plaisir à piloter cette drôle de machine !
Une chose est sûre, je ne devrais pas avoir beaucoup de frais de patins de freins. En effet, la vitesse et l'arrêt du vélo peuvent se réguler simplement, si j'ose dire, en utilisant la force des jarrets. C'est ce qui est peut-être le plus déstabilisant au début , tellement nous avons l'habitude d'utiliser les freins et la roue-libre.
Et pour une plus belle finition de ce bel engin, j'ai collé l'écusson Edoardo Bianchi sur le tube de direction : sur l'original, je crois qu'il y avait un autocollant similaire.
J'ai choisi un itinéraire peu vallonné passant par la superbe allée arborée de Vignory et filant ensuite vers la Marne.
 J'ai profité de cette sortie pour tester aussi mon nouvel appareil photo.
Ceci m'a obligé à faire preuve d'imagination pour tracer un parcours original où l'oeil est toujours aux aguets. J'ai découvert cet étang à La Forestière en bordure de la forêt de La Traconne et une des dernières routes que je ne connaissais pas dans la région.
Vers Bethon, je me suis arrêté au bord de cet étang municipal qui est aussi un espace protégé hébergeant quantités d'espèces animales et végétales.
On peut aussi y pêcher le brochet.
 A quelques centaines de mètres de là, dans la forêt municipale de Bethon, j'ai admiré ce superbe chêne qui trône au milieu d'une petite clairière.
 Auprès de mon arbre...
Malgré le temps estival, j'ai essayé de saisir ces couleurs automnales qui vont si bien à notre région.

 Des arbres, encore des arbres...
Toujours des arbres, bien sûr !
 Mais également, des champignons.
N'étant pas un connaisseur, j'avoue ne pas en ramasser, je préfère la cueillette des châtaignes et des noix. 2017 fut, à cet égard, une bonne année. Nous nous sommes bien régalés !
Ayant roulé sur un chemin caillouteux et quelques routes gravillonnées de frais, ce qui devait arriver arriva et j'ai été victime d'une crevaison de la roue avant.
Cet incident ajouté à mes nombreux arrêts photo ont bien failli me faire rentrer la nuit tombée.
Heureusement, j'ai appuyé bien fort sur les pédales pour terminer avant l'obscurité. Et comme je n'avais ni gilet fluo, ni éclairage sur le vélo, je l'ai échappé belle. Il faut dire que je ne pensais pas faire une si longue sortie mais je me suis laissé entrainer par le plaisir du pignon fixe... Quand on commence à pédaler, on ne peut plus s'arrêter ?

3 commentaires:

  1. C'est vrai qu'elle est belle, la nature, aux couleurs de l'automne...
    Faute de pignon à roue libre, tu n'as pas trouvé de pignons de pin? C'est la saison aussi!!!

    RépondreSupprimer
  2. Quel développpement ton beau vélo ? 44 X 18 ?

    RépondreSupprimer