1959

1959

mardi 20 décembre 2016

Voyage 2016 : Vers les Pyrénées (Seizième étape)

Lundi 15 août 2016
Ce matin, nous revenons sur nos pas pour prendre le petit déjeuner au centre-ville de Caussade. 
Et aujourd'hui, c'est le marché !
A défaut de visiter le musée de chapeau, nous pouvons admirer sur les stands des marchands ambulants quantité de chapeaux de paille produits localement.
 Il y en a pour tous les goûts.
Mais ce n'est pas qu'un marché du chapeau, c'est un magnifique marché comme il en existe encore beaucoup. Heureusement, il n'y en a pas que pour Carrefour et consorts...
Après avoir rempli notre garde-manger, nous prenons la direction des gorges de l'Aveyron que nous avions évité à l'aller.
Nous avons beaucoup d'entrain pour atteindre Montricoux qui nous ouvrira la porte vers ces gorges que nous ne connaissons pas malgré nos multiples séjours en Aveyron.
Dans ce joli village, nous rencontrons un couple de cyclotouristes équipé de randonneuses magnifiques. Ce furent des voyageurs au long cours voici quelques années -ils nous parlent d'un long voyage vers la Suède- et maintenant ils se contentent de petites randonnées en France.
Ils nous recommandent une petite route surplombant la rivière Aveyron.
Et après une visite de ce charmant village nous empruntons cette route.
C'est encore une belle découverte de rouler ici.
 Nous surplombons la rivière Aveyron...
...et il n'y a pas de circulation automobile.

Et ainsi, tranquillement nous arrivons en face du village perché de Bruniquel.
Paresseusement, nous choisissons de différer la visite de ce nid d'aigle.

 Nous voici donc sur la véloroute de la vallée de l'Aveyron. Nous ne la suivrons pas intégralement, certains détours nous paraissant hasardeux.
Nous retrouvons de petits tunnels.
Nous changeons plusieurs fois de départements.
Et la balade est vraiment magnifique.
D'autres ont choisi d'autres loisirs sans doute plus rafraichissants que le nôtre.
La circulation automobile (j'ai profité d'une accalmie pour prendre ce cliché) et la foule qui va avec nous incitent à ne pas franchir l'Aveyron pour une visite touristique de Saint Antonin Noble Val. Il parait que nous avons raté un superbe site. Pas grave : nous y reviendrons !
Nous préférons le calme ombragé au bord de l'Aveyron pour le pique-nique.
Nous repartons pour deuxième partie de notre étape sous la canicule. Comme chaque  après-midi, nous serons à l'affût du moindre robinet, de la moindre pompe et du plus petit abri à l'ombre pour nos pauses.
 Les bâtisses sont massives ici.
Mais bientôt il nous faut quitter les gorges de l'Aveyron, seule la ligne de chemin de fer peut suivre la rivière. Lors de la préparation de ce voyage, j'avais envisagé de prendre le train pour faire une partie de l'étape qui devait nous mener de Capdenac à Gaillac : nous avons préféré utiliser nos vélos sur tout le parcours de notre voyage.
 Nous voici revenus dans le département de l'Aveyron.
Nous éviterons également ce site que nous ne ferons qu'apercevoir au loin. C'est vrai, nous craignons les rudes montées par cet après-midi chaud, très chaud...
  
Nous nous promettons d'y revenir.
Un coin à l'ombre avec vue sur Najac suffit à notre bonheur pour aujourd'hui.
C'est par une longue descente que nous arrivons au camping de Villefranche de Rouergue, but de cette jolie étape.
Après avoir installé notre campement, nous reprenons nos vélos pour aller en ville car s'il y a un repas aveyronnais organisé au camping, on nous informe que c'est complet.
 Alors c'est dans un restaurant de Villefranche que je m'offre un aligot saucisse, ça faisait longtemps. Laurence préférant un plat de poisson.
Et puis nous faisons un peu de tourisme dans la ville.
Ville bien calme en ce lundi 15 août.

 
Enfin nous nous apprêtons à prendre un repos bien mérité.
Et nos vélos aussi... 
Pourtant le début de nuit sera difficile. En effet, notre voisin de camping reçoit un ami breton et entreprend de préparer un barbecue. Visiblement ce ne sont pas des spécialistes et la fumée ainsi que leurs commentaires affligés nous empêchent de trouver ce sommeil qui nous ferait tant de bien.
Quand le barbecue est terminé, c'est la soirée  aveyronnaise qui tourne au... bal populaire. Un autre voisin y va aussi de son concert de ronflements. 
Vive la promiscuité touristique !
Si je réussis à m'endormir, Laurence aura un peu plus de mal, et c'est elle qui ce soir entendra les lacs du Connemarra. Nous sommes quittes... ?
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire