1959

1959

samedi 12 novembre 2016

Cent bornes en novembre

 Ce matin en partant acheter mes journaux ( j'ai déjà raconté ici pourquoi chaque mois j'allais acheter ma lecture à 20 kilomètres de chez moi... ) je ne pensais pas faire une si longue balade. Il faisait froid et je suis... frileux.
Pourtant, après quelques temps, je me suis senti très bien sur mon vélo, alors pourquoi ne pas prolonger la balade au-delà de Montmirail.
Et j'ai continué à rouler vers Orbais l'Abbaye et Condé en Brie. Le soleil était encore de la partie et les petites routes empruntées toujours aussi agréables.
Le terrain était vallonné, et après être longtemps descendu, il me fallait remonter vers Montigny lès Condé. Il porte bien son nom ce village ! Heureusement j'avais le petit plateau aujourd'hui. Je pourrais "m'embrouiller" car en ce moment j'utilise, au choix, l'un de mes cinq vélos (CAPITALISTE cycliste, va !). Avec le vélo du boucher, j'aurais sué sang et eau , avec le vélo de René Chardon aussi. Je dois faire le bon choix du parcours en fonction du vélo que j'utilise.
Pour la dernière fois cette année j'ai utilisé ma randonneuse Le Vacon car la semaine prochaine, je la dépose pour une grande révision chez mon vélociste et il va y avoir du boulot et des frais aussi. Mais pour le moment, je déguste cette belle balade.
Après être bien monté, il me faut descendre et traverser le village de Picheny.
Je passe rarement ici, c'est presque le bout du monde !
Il n'y a pas âme qui vive dans les parages.
Je tourne, je vire, je photographie... C'est rural et paisible.
 Je pourrais presque me croire au fin fond du Massif central ou des Vosges tant les routes peuvent y faire penser - j'apprécie surtout dans ce sens.
Bien sûr, dans certains villages, l'histoire nous rappelle que ce ne fut pas toujours aussi paisible. 
Dessin paru dans le Siné mensuel de ce mois de novembre

Il suffit parfois d'un petit caporal corse (ou catalan ?) pour semer la pagaille.
Mais aujourd'hui, je suis d'humeur guillerette et je préfère les portes...
 ... ouvertes sur ce beau pays de France.
Levez la tête, pas envie d'avoir l'air d'un coureur, pour regarder les oiseaux.
Encore un dessin paru dans Siné mensuel.
 Mais il en reste encore des vertébrés. Et ça me revient que Pierre Louki a chanté le vieux corbeau... Alors je chante sur mon vélo...
  
"Mais loin des rythmes en vogue, un corbeau aime Van Gogh."
 Philippe Geluck aborde le même sujet dans son  dessin mensuel chez Siné. Il laisse le chat pour le chien. 
Siné mensuel : INDISPENSABLE !
Quant à moi, il me restera toujours (toujours ?) les vieux coqs.
 ... et puis les arbres (ça faisait longtemps, n'est-ce pas?).
 "Voici des fruits, des fleurs...


  des feuilles...
 ...et des branches..."
 Un peu de paix dans ce monde de brutes. Et à l'arrivée, 100 bornes en novembre !

2 commentaires:

  1. Agrémenté de dessins tirés de Siné Hebdo, que voilà une belle balade ! Connais-tu " le Randonneur "? J'y dessine et le no de Noël va être superbe! http://www.le-randonneur.net/

    RépondreSupprimer
  2. Encore une belle promenade d'automne!!! Mais dis-moi, tu n'as pas ramassé de noix, dans ton coin? Après les châtaignes....

    RépondreSupprimer