1959

1959

dimanche 23 mars 2014

Brevet de Randonneurs mondiaux de Noisiel

Hier, c'était le Brevet de randonneurs Mondiaux de Noisiel de 200 km, premier rendez-vous de la saison cycliste pour de nombreux cyclistes franciliens. Nous étions plus de 200 à en prendre le départ à partir de 7H00 et sans doute aurions-nous été bien plus nombreux si la météo annoncée avait été meilleure. Les absents ont eu tort car nos météorologues cathodiques se sont trompés ! Hormis quelques rares, très rares averses, le ciel fut plutôt clément pour la saison. Hormis ce satané vent d'ouest qui, s'il nous a poussés généreusement sur le plateau de Brie puis dans la vallée de la Marne, a considérablement ralenti notre progression pour revenir vers Noisiel, au long des vallées du Surmelin, de la Dhuys, du Petit Morin puis du Grand Morin. Un vrai parcours de montagnes russes ! Et sur le plateau, entre lesdites vallées,  il fallait affronter le vent méchant...
Pointage des cartes de route avant le départ.
Les derniers à prendre le départ à 8H00, étaient cinq membres de l'ACP, Yves, Thierry, Luc, Philippe, Jean (Le petit-fils d'Yves et sans doute plus jeune concurrent puisqu'il n'a que 16 ans) et moi-même.

Après la traversée de Château Thierry -bien occupés à éviter les pièges de la circulation automobile, les cyclistes n'ont  sans doute pas goûté à leurs justes valeurs les charmes de la cité de La Fontaine, ce petit poème de Madame Gaudé devrait leur donner envie de revenir ici- nous avons fait pointer nos cartes de route au café de la Vallée de Mont Saint Père. 
Mes équipiers se restaurent avant de reprendre la route.
C'était l'occasion de retrouver l'ami Hervé de l'ACBE qui songe déjà au Paris-Brest-Paris de 2015.
Les trois vélos carénés au repos à Mont Saint Père.
Il n'est pas le seul dans ce cas ! De drôles de machines étaient également de sortie, machines que l'on retrouvera en nombre sur les routes de la Bretagne en août de l'année prochaine.
Patitrotte va pouvoir se reposer un pneu...
Le fameux Patitrotte qui, après avoir échoué à se qualifier pour le PBP 2011, espère que 2015 lui sera plus favorable.
C'est bizarre quand on se fait doubler par cette drôle de machine !
Il y avait également trois spécimens de vélomobiles (ou vélos carénés) dont un piloté par Marc qui en 2011 "montait" un vélo couché.
J'ai également vu un exemplaire de vélo couché classique.
Plus classique, il y avait aussi quelques tandems, bien sûr.
L'arbre de la Guette.
Rentré à Noisiel un peu avant 18H00, mais un peu à la traine de mes équipiers, ce fut une belle journée de vélo.

2 commentaires:

  1. Un beau début de saison qui augure de bons moments. Toi qui es breton, tu devrais mettre un maillot trop grand: tu étends la voile quand le vent est dans le dos, et tu la cargues quand les vents deviennent contraires... Je sais bien que ton esprit sportif ne supporterait pas une telle idée de tricher, mais l'image de ton vélo à voile me plaît bien... A bricoler avec la cyclouturière, bien entendu!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai bien pensé, et depuis longtemps, au vélo à voile, mais le problème, c'est le vent de face, le vent dans la G..... et là, comme tu le fais remarquer, la voile, elle ne sert à rien. Quant au vent favorable, René Fallet prétendrait que je fabule, que j'hallucine, que je mens, lui qui énonça le théorème de Fallet : Pour le cycliste, "tel le Veau d'or, le vent est toujours debout..."
      Bon, je prépare un petit message sur le sujet.

      Supprimer