1959

1959

jeudi 13 août 2015

jeudi 23 juillet 2015 : Tour de Mooréa à vélo

Ne cherchez pas sur une carte d'Ile de France, de Champagne ni même de France, vous ne trouverez pas Mooréa. En effet, c'est une petite île perdue au milieu du Pacifique face à Tahiti.
Or, c'est dans cette île qu'habite Guillaume et nous y avions passé quelques jours durant cet été 2015.
Nous pensions ne pas faire de vélo pendant ces trois semaines, et bien si !
En effet, autour de cette île montagneuse, il y a une route de 60 kilomètres et après nous être procurés deux vieux VTT, nous avons décidé de nous lancer dans ce petit périple.
Pour bien se repérer tout autour de l'île, la route est balisée par des bornes kilométriques ayant la forme de l'île et appelées "Points Kilométriques" (PK). 
Pour notre part, nous sommes partis du PK 14,5, côté mer, quelque part entre la baie de Cook et la baie d'Opunohu.
La veille, j'avais récupéré les deux vélos en passant par la plage, j'avais graissé les chaînes qui en avaient bien besoin, regonflé les chambres à air et nous avions fait quelques kilomètres d'entrainement. Les freins fonctionnaient bien mais il était hors de question de changer de vitesse. 

Nous avons donc commencé par faire le tour de la baie d'Opunohu.
Passant près de la plage publique, nous avons pu voir quelques sculptures représentant les animaux symboliques de la Polynésie.
Le requin.
La tortue.
Le lézard.

La baleine.

Le dauphin.
Au bord de la route des pêcheurs vendent leur poisson, mais aujourd'hui, il n'y a ni thon ni espadon.
Pourtant, celui-ci possède une belle collection de queues d'espadon.
A d'autres endroits, ce sont des étals de fruits que nous apercevons : bananes, fruits de la passion, ananas, papayes, citrons...
Certains sont réduits à la plus simple expression.
Nous roulons entre la montagne et la mer, sur une étroite bande de terre où vit la quasi totalité des habitants de Mooréa, l'intérieur de l'île étant trop escarpée.
La route est la plupart du temps belle.
Elle est même souvent équipée d'une piste cyclable où il faut simplement éviter les noix de coco !
D'autres fois, elle est digne des pires routes de Seine et Marne ou de Picardie !

Et c'est ainsi que nous avançons tranquillement au milieu de l'Océan Pacifique !
Et il est là l'Océan, écrasant ses vagues sur le récif, à quelques centaines de mètres du rivage.
Mais aujourd'hui, sur ces vagues point de surfeurs.
Nous prenons le temps de faire de petites pauses...
...sous les cocotiers dont beaucoup sont cerclés de métal pour empêcher les rats d'y grimper.
Cocotiers qui peuvent même servir de leurre pour cacher des antennes de téléphonie mobile !
Mais la route est longue et les machines que nous chevauchons aujourd'hui ne nous permettent pas de rouler très vite.
Aussi devons-nous poursuivre notre chemin.
Les églises sont coquettes.
Elles sont aussi nombreuses.
Et ici les coqs ne trônent pas aux clochers,
...ils se promènent en liberté dans la nature !
Tout comme les chiens d'ailleurs. Heureusement, la plupart d'entre eux ne se préoccupent pas des cyclistes.
Les noms des villages sont... exotiques.
Les paysages aussi comme cette mangrove.
Les écoles ont vue sur la mer.
...et certaines maisons, les pieds dans l'eau.
Et nous roulons...
...roulons, émerveillés par le bleu de la mer.
Vers midi trente, juste avant la fermeture des magasins, nous nous arrêtons pour un petit, tout petit casse-croûte.
Nous nous contentons d'une boisson fraîche et d'un...
...paquet de Petit-beurre !
En effet, dans la partie de l'île où nous nous trouvons, pas moyen de trouver un snack.
Certains pêchent...
...et d'autres reprennent la route.
Nous ne prendrons même pas le temps d'aller visiter ce motu.

Et déjà nous voilà près du quai des ferries.
Il nous faut grimper le première des deux côtes de cette petite randonnée.
Grimpette qui nous permet d'avoir une vue magnifique sur l'hôtel Sofitel...
... et sur l'île de Tahiti.
Dans la descente de la deuxième côte, nous pouvons voir cet impressionnant troupeau de chèvres qui est en train de dévorer la montagne.
Pour finir ce périple, nous faisons un arrêt avant Pao-Pao (Prononcez "PO-PO") pour admirer la baie de Cook.
Ici, pas de camion de blé ou de betteraves ! Ce sont des ananas que l'on transporte à l'usine de jus de fruits...
... de la marque ROTUI, du nom de la montagne qui se dresse derrière l'usine.
Ce fut un beau voyage !

3 commentaires:

  1. Belle balade ! Tu sais pour voir une une turquoise et des palmiers il n'y a pas besoin d'aller aussi loin. En Bretagne, du côté de Morgat par exemple... à propos de Bretagne ça te dirait pas d'aller y faire un tour dans les jours qui viennent ?... ;)

    RépondreSupprimer
  2. Un petit tour en Bretagne ? En voilà une idée qu'elle est bonne...

    RépondreSupprimer
  3. Une bien belle promenade, encore!!!
    Merci pour ce grand moment de soleil!
    Mickaël.

    RépondreSupprimer