1959

1959

mardi 22 octobre 2013

Vélo et confiture !

Donc peu de sorties cyclistes depuis début septembre.
Nous avons continué à découvrir les églises de la région.
Comme celle de Lachy, aux sources du Grand Morin, qui a été récemment rénovée.
Si un étonnant soldat orne un vitrail, son chemin de croix est également assez joli.
Pour connaître les 8 stations manquantes, une petite visite s'impose...
Et je ne pouvais pas manquer le coq de Lachy...
Je suis également passé le long du ru de Choisel où Etienne Bellan aimait peindre non loin de son école de Vendières.
J'ai également fait une promenade en Champagne durant les vendanges ( ne pas confondre "Vendanges" et "Pet de nonne"), tardives cette année.
Et à Gland, j'ai cueilli quelques noix, comprenne qui pourra...
Car c'est l'automne, période de cueillette et je ne m'en suis pas privé.
Si je ne me suis pas occupé de champignons, je me suis concentré sur les fruits : 
Noix...
...châtaignes...
...pommes...
                   ...pommes...
                    ...pommes...
         ...et même des patates !
Mais ce qui a pris beaucoup de mon temps, ce sont les prunes et les poires. En effet, j'ai décidé de faire des confitures cette année !
Jusqu'à récemment, j'étais persuadé que c'était compliqué à faire, qu'il fallait y consacrer beaucoup de temps, posséder un tour de main certain...
Mais quand j'ai vu tous les fruits que l'ami Pascal m'offrait, j'ai décidé de sauter le pas !
J'ai commencé par les quetsches.
Il faut 2 kilos de fruits dénoyautés pour 1,5 kg de sucre. C'est ma recette à moi, parce que si on va se documenter sur les sites innombrables qui occupent le Net, il y a tant de façons différentes de faire la confiture que l'on s'y perd un peu. Ce qui m'arriva d'ailleurs, on le verra plus loin.
 Et ça fait quelques noyaux quand même...
Je commence par mettre un jus de citron,...
...je mélange les fruits et le sucre et je laisse macérer pendant... un certain temps. Généralement sur les recettes "homologuées", on recommande 12 heures de macération.
Le lendemain, donc, on met la cocotte contenant le mélange sur un feu vif...
Jusqu'à ébullition. A partir de maintenant, il va falloir remuer fréquemment et surveiller la confiture qui ne devra pas être trop liquide ni trop dure ! Le temps de cuisson, là encore, est variable d'un "confiturier" à l'autre : une heure, une heure et demie, plus, moins ?
Pendant la cuisson, j'ai ébouillanté les pots qui allaient contenir ma délicieuse confiture... Je n'ose employer le terme "stériliser".
Pour ma part, je n'aime pas trop les trop gros morceaux dans la confiture. 
Alors, j'y ai mis un coup de mixer : "VRRRROUM !"
Et j'ai laissé cuire encore un moment. (Funeste ERREUR !)
Enfin, j'ai mis en pot ma bonne confiture de quetsche : Miam ! Miam ! Je me pourléchais déjà les babines...
J'avais même collé de jolies étiquettes.
Malheureusement quand tout cela a refroidi, j'ai constaté que ma confiture était bien dure...
Pas grave : j'en ai fait de délicieuses pâtes de fruits !
MIAM ! MIAM ! Aussi...
Mais comme je suis un peu têtu, je suis reparti à la cueillette...
Pascal et Laurence (un peu...) m'ont aidé. Merci !
Et là, j'allais pouvoir donner la pleine mesure de mon talent confiturier ! Quetsches, reine-claude et poires sont au menu...
J'ai même ramassé des mûres !
Attention de ne pas se piquer !
Et j'ai recommencé mes confitures, que cette fois j'ai réussies (en fait, une quarantaine de minutes de cuisson suffisent.) : Quetsche, reine-claude, quetsche et reine-claude, mûre, poire, poires et mûres, poires et noix, poires-miel et noix. 
Ouf ! je crois que j'ai terminé pour cette année, mais je recommencerai !
Nous avons des réserves pour affronter l'hiver.
En plus, cela peut faire un joli cadeau, sympathique...

J'évite d'aborder sur ce blog tout sujet ayant trait à mon métier d'instit', mais aujourd'hui je ne résiste pas, car on verra, in fine, qu'il y a un rapport avec le vélo...
En effet, j'ai "subi" ma dernière (Je pense.) inspection au début du mois d'octobre. Or à chaque fois, cela m'évoque un extrait du livre de Christian Laborde "L'os de Dyonysos", paru au milieu des années 1980. Ce roman fut censuré en 1987 par le Tribunal de Grande Instance de Tarbes "pour trouble illicite, incitation au désordre et à la moquerie, pornographie et danger pour la jeunesse en pleine formation physique et morale". (Je cite la quatrième de couverture de l'édition de poche du livre.) Ce jugement fut annulé par la cour de Cassation en 1989.
Dans ce livre, donc, j'ai relevé ce petit passage :
« … Un prof, c'est lâche. Ça n'arrête pas de lécher. Ça lèche les élèves, ça lèche le dirlo, ça lèche l'inspecteur. Ça a la trouille, au lieu d'avoir le trac. Un prof digne de ce nom devrait avoir tué au moins une fois dans sa vie. Un inspecteur par exemple, le jour de l'inspection. Quand on voit arriver ce malade mental, ce cocu du réel, ce petit flic, cet assassin propre, couvert par la Loi, on devrait sortir son colt Python 357 Magnum. Au lieu de ça, on le reçoit en grande pompe. On a sorti la cravate, la jupette bleu marine, on est passé au nettoyage à sec, on a demandé à Ossi une salle propre, bien éclairée, on a enlevé soi-même les papiers, on a demandé à Bernard Bernardini d'empêcher les élèves d'y fumer pendant la récréation... On le reçoit l'inspecteur, on lui désigne la jolie table qu'on lui a réservée, avec la jolie chaise, on l'a entouré des meilleurs élèves, on lui porte soi-même le cahier de textes de la classe... On est lamentable, larvesque. Au lieu de lui loger une bastos dans les entrailles, on le reçoit, tapis rouge, trouille au cul, et on se chie dessus pendant une heure, devant les élèves! La honte! Un prof, c'est lâche, ça ne tirera jamais sur un inspecteur. L'ins­pecteur le sait. C'est pour ça qu'il vient... »
J'avoue que cela m'aide à chaque fois à vivre cette "séquence professionnelle" de manière détendue et détachée... 
Et, voilà le lien avec ce blog(!), Laborde est également un fou de vélo qui y consacra de nombreux livres dont :
Ode à la gloire de Charly Gaul, sans doute le plus grand grimpeur que le Tour de France ait connu, à mon humble avis...
 Et puis aussi :
Un petit livre, jaune comme le maillot, comme en firent beaucoup d'écrivains et journalistes du vélo. : des chroniques, un abécédaire, un dictionnaire... des exercices de style, en danseuse, au sprint !
Deux exemples : 
"Consonne : M
Voyelle :       E
Consonne :  R
Consonne :  C
Consonne :  K
Consonne :  X
Comment ne pas entendre, dans ce concentré consonantique, cette bousculade de sons gutturaux et grinçants , le sifflement de la chaîne, le claquement qui accompagne sa descente sur le pignon le plus petit, sa montée sur la grande plaque ?..."
Bien vu, non ?
Allez, un deuxième extrait :
"Les fenêtres sont ouvertes sur les marronniers. Prenez une feuille, je dicte :
"C'est au hasard des routes de forêt parsemées virgule çà et là virgule l'été virgule de plaques de soleil virgule dans le silence virgule que les boyaux fredonnent le mieux leur petite musique de source point"
Je ramasse les copies. René Fallet les corrige un verre de beaujolais à la main."
Rien à ajouter... A part, peut-être, une photo d'arbre.

5 commentaires:

  1. Je reconnais que je ne me suis pas beaucoup mouillée sur ce coup-là !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour. Ça fait plaisir de retrouver un rythme de cycliste sur ce blog!!! (Je ne dirai rien un propos d'un autre qui doit être en grève sans préavis...). On se promène toujours avec le même plaisir, et on étend sa culture générale... Je veux parler de la vraie culture, bien-sûr, pas celle de l'inspecteur dont c'est à propos que Desproges aurait pu dire : "La culture, c'est comme les parachutes, quand on n'en a pas, on s'écrase!". Ou encore "La culture, c'est comme la confiture, moins on en a, plus on l'étale!". Ce qui nous ramène à un autre sujet de cette nouvelle page bloguesque! Je ne suis pas fan de confitures, mais l'odeur pendant la cuisson me ramène au moins trente ans en arrière, chez Mamie oiseaux ou chez ma Maman: de longues promenades, des retours fatigués, et ce parfum....
    Merci beaucoup pour ce bon moment!!!
    Quant à cette citation de Laborde sur les "instits" (à moins que ce ne soit sur les inspecteurs...), je la fais suivre, bien entendu!

    RépondreSupprimer
  3. Rhô lala, ça donne envie tout ça D
    C'est quand même chouette ce que peut nous offrir la nature en cette saison. Encore bravo à vous.
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  4. Sylvie et Gérard30 octobre 2013 à 18:35

    Jean-Pierre sait faire... de bonnes confitures !
    Des gourmets ravis de leur dégustation de la confiture poire-mûres te félicitent ! Sans oublier Laurence, dont l'habillage du pot est à croquer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup les amis. Cette semaine, je me suis lancé dans les beignets aux pommes...

      Supprimer