1959

1959

jeudi 28 juillet 2016

Chasse à la cannette !

La semaine dernière, nous avons affronté la canicule ! Pas longtemps, quelques jours seulement. Et en prévision de notre voyage vers les Pyrénées, nous sommes partis faire une longue randonnée à vélo, histoire de s'habituer un peu... C'était le mardi 19 juillet : je sais, j'ai du retard dans le "traitement de l'information" !
Et chaque fois que nous roulons sous une forte chaleur, je ne peux m'empêcher de penser au Tour de France 1959 et à la défaillance de Charly Gaul sur les routes du Cantal.
J'en avais bien sûr parlé lors de mon Tour de France 2009.

Coup de chaud pour Charly Gaul en 1959
Il avait perdu ici toute chance de gagner un deuxième Tour après celui qu'il avait brillammant remporté en 1958, grâce à la pluie !
Charly Gaul à la fontaine de Junhac- 1959- Photo Miroir des Sports
 En ce qui nous concerne, nous avons fait un peu comme Gaul, nous avons fait un arrêt puis deux, puis trois aux fontaines qui heureusement jalonnaient notre balade sur les routes de Champagne.
 Une si belle journée pour faire du vélo, c'est une chose rare en cette année 2016. La campagne est quand même plus riante ainsi.
 Mais déjà, en cette fin de matinée, nous cherchons l'ombre dès que nous nous arrêtons. Sur le vélo, ça va, il y a un petit air qui nous caresse agréablement le corps.
 Les routes que nous parcourons sont vallonnées mais il y a peu de circulation.
 Quand nous nous arrêtons près du village de Montigny-lès-Condé pour notre pique-nique, nous choisissons un endroit à l'ombre et bien... ventilé. On y resterait avec plaisir pour une petite sieste !
Peu après, la chasse à la cannette va commencer !
Il faut remplir les bidons car même si l'on ne boit pas tout ce qu'ils contiennent, l'eau se réchauffe très vite et ce n'est vraiment pas très bon.
 Ici, pas d'indication d'une eau "non potable" alors nous remplissons les bidons.
 L'eau va rester "buvable" pendant quelques instants quand même !
 A la fontaine suivante, pas question de remplir nos gourdes, quoique... N'est-elle vraiment pas potable cette belle eau claire ? La fontaine a donc aussi des vertus rafraichissantes, très rafraichissantes ! Laurence n'hésite pas ici à y mettre les pieds, et les mains et les bras...
 Le ciel est toujours bleu, la route est toujours belle, le petit vent continue à nous rafraichir un peu.
 Ca monte et ça descend...
 C'est ainsi, tranquillement que nous arrivons en vue de la vallée de la Marne.
 A Dormans, pas de fontaine mais un bon vieux bistrot. Tout ça a un petit air de vacances, non ?
 Nous passons sur la rive droite de la Marne, pour rouler vers Crézancy.

 Une petite plaque rouge nous indique une "eau non potable", même pas grave, nous venons de remplir les gourdes au robinet d'un cimetière ! Car c'est l'autre ressource aquatique bien connue des cyclistes en nos campagnes qui sont si souvent désertes.
 Nous expérimentons aussi le "mouillage du casque" ce qui fait baisser de quelques degrés la température de notre... cerveau.
 J'avoue que je boirai bien une petite coupe, mais serait-ce bien raisonnable ?
 Pour nos arrêts, il y a également des petits coins bien ombragés mais je dois avouer que c'est sur le vélo que nous sommes encore le mieux.
 Encore une fontaine, ce sera la dernière à laquelle nous nous arrêtons car le soir arrive et la température baisse.
Un dernier cimetière aussi pour remplir les gourdes avant la difficile montée de Saint Eugène et puis, nous rentrons tranquillement. 
 La canicule, quelle canicule ? Ce fut une bien belle randonnée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire